Samedi 14 avril 2012 6 14 /04 /Avr /2012 13:29

 

ASSOCIATION POUR LA PROMOTION DE LA LIGNE

FERROVIAIRE NANTES – LA ROCHELLE – BORDEAUX

Membre de la FNAUT (1)

Bordeaux le 29 mars 2012

Objet : Ligne ferroviaire NANTES <> LA ROCHELLE <> BORDEAUX.

 

Mesdames et Messieurs les Elus des Conseils Généraux, Conseils Régionaux et Députés

Nous vous sollicitons pour vous alerter sur les problèmes que rencontre la ligne ferroviaire NANTES <>LA ROCHELLE <> BORDEAUX, qui irrigue votre territoire et tout l’axe « Arc-Atlantique » de Quimper et Rennes à Hendaye et Toulouse.

Vous n’ignorez certainement pas qu’une étude pilotée par RFF et financée par l’État, Réseau Ferré de France, les Conseils Régionaux d’Aquitaine, Pays de la Loire et Poitou-Charentes, le Conseil Général de la Vendée et la participation du Conseil Général de la Charente-Maritime et de la Communauté d’Agglomération de La Rochelle est en cours.

Un comité de suivi s’est réuni à LA ROCHELLE le 5 mai 2011 est a défini plusieurs pistes déterminant l’avenir de l’axe ferroviaire NANTES <> LA ROCHELLE <> BORDEAUX.

Le diagnostic est sévère, en particulier en ce qui concerne l’état de la voie et de quelques ouvrages d’art entre La Roche-sur-Yon et La Rochelle. Des travaux de sauvegardes vont être engagés prochainement mais si une rénovation complète n’est pas entreprise dans les prochaines années il y a un risque de fermeture de la ligne. Un investissement global de 220 M€ serait nécessaire pour moderniser la ligne dans son ensemble.

Parmi les cinq scénarios proposés, deux nous inquiètent particulièrement puisqu’ils envisagent de transformer la double voie existante entre LA ROCHE/YON et LA ROCHELLE en tronçons à une seule voie (voie unique), entrecoupés de quelques zones de croisement.

Cette solution limiteraient les possibilités de développement de l’offre ferroviaire et compliqueraient fortement la gestion des circulations en cas de situations perturbées (retards de trains, etc….).

La plus grande prudence doit être observée afin de ne pas succomber à la tentation immédiate de réduire le coût de remise en état des voies sans en avoir parfaitement maitriser les conséquences ultérieures.

Des expériences de ce type ont eu lieu comme par exemple sur la ligne Paris-Granville il y a une quinzaine d’années seulement. La région Basse Normandie est aujourd’hui contrainte de repasser à double voies certains tronçons afin de répondre aux besoins de transport et à l’exigence de ponctualité.

La région Midi-Pyrénées finance le doublement de la voie Toulouse – St Sulpice devant l’augmentation du trafic (pour un coût supérieur à ce qui serait nécessaire pour Nantes-Bordeaux !) Il nous apparait donc inacceptable de s’orienter vers une réduction du potentiel de la ligne à un moment où la demande d’alternative de transport à la solution individuelle est une exigence qui progresse fortement en raison de l’augmentation du coût du pétrole et de la nécessité de réduire les émissions de gaz à effet de serre.

A titre d’informations, la partie La Roche-sur-Yon <> La Rochelle a connu pour 2010 une augmentation de la fréquentation de 26 % par rapport à 2009 et celle-ci se poursuit en 2011 (+ 8 %). La région des Pays de la Loire envisage d’augmenter les circulations TER entre Nantes et La Rochelle à l’horizon 2020 et nous estimons que d’ici quelques années le nombre d’Intercités Nantes-Bordeaux devrait passer à 6 ou 7 circulations journalières par sens contre trois, avec en priorité le rétablissement des trains du matins supprimés par la SNCF.

Un projet de desserte périurbaine entre La Rochelle et Marans est à l’étude par la Région Poitou-Charentes et notre association demande aussi la réouverture de la gare de Velluire pour la desserte TER de Fontenay-le-Comte (distant de 10 km). La demande de transport collectif est telle que d’autres réouvertures de gare sont envisageables, comme par exemple Le Champs St Pères, Nalliers et Dompierre.

Il ne faut pas oublier que près de 4 millions d’habitants vivent à moins de 50 km de cet axe.

La population est principalement concentrée autour des aires urbaines de Nantes, la Roche-sur-Yon, La Rochelle et Bordeaux. L’axe irrigue également les villes moyennes de Luçon, Rochefort, Saintes, Pons, Jonzac ainsi qu’à proximité les Sables d’Olonne, Fontenay-le-Comte, Niort, Royan et Cognac,.

L’attrait de cette ligne s’étant aussi, soit directement soit par correspondance au nord vers Quimper et Rennes, au sud vers le sud Aquitaine (Hendaye, Pau, Tarbes) et vers Toulouse et la côte Méditerranéenne. Les trains Intercités Nantes-Bordeaux, dont certains prolongés à Quimper ou Toulouse, font d’ailleurs parti de la convention TET (trains d’équilibre du territoire) mise en place par l’Etat en janvier 2011 et les trois régions concernés, Pays de la Loire, Poitou-Charentes et Aquitaine ont fortement développés les services TER ces dernières années et comptent bien progresser encore.

Ces différents éléments démontrent son rôle important dans l’aménagement du territoire et de sa vocation d’intérêt national. Le dynamisme démographique de cette partie de la façade Atlantique est aujourd’hui souligné dans toutes les études, et il serait intolérable de diminuer la capacité de la ligne au moment même ou on va augmenter les capacités autoroutières (A831) en complète contradiction avec le Grenelle de l’environnement.

Partant de ces différents éléments, notre association A.P.N.B (ASSOCIATION POUR LA PROMOTIONDE LA LIGNE FERROVIAIRE NANTES – LA ROCHELLE – BORDEAUX) qui oeuvre pour l’avenir decette ligne, est déjà intervenue auprès de RFF qui pilote cette étude pour le compte des collectivités qui la finance.

Pour renforcer notre action nous avons décidé de nous adresser à l’ensemble des élus des régions et départements, traversés par cette ligne. Un courrier similaire a été adressé aux maires.

Nous vous proposons de prendre une initiative au sein de votre Conseil Régional, Conseil Général ou Assemblée Nationale (délibération, motion ou autre) demandant « la modernisation de la ligne et le maintien de la double voie sur l’intégralité du parcours  et de refuser toute proposition qui serait faite par RFF ou l’Etat d’une mise à voie unique même partielle de LA ROCHE-sur-YON <> LAROCHELLE ». 

Nous restons à votre disposition si vous souhaitez des informations supplémentaires sur ce dossier 

Veuillez, recevoir, Mesdames et Messieurs les Elus nos salutations respectueuses.

Jacques Ottaviani

Président de l’A.P.N.B

a.p.n.b

Benoit GROUSSIN

Vice Président Poitou-Charentes

benoit.groussin

Mauricette Ringuet

Vice Présidente Pays de la Loire

mauricette.ringuet

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

  (1) Site de la FNAUT:

http://www.fnaut-pc.asso.fr/2012/04/12/demande-du-maintien-de-la-voie-a-double-sens-nantesbordeaux/

 

Par henri Moulinier - Publié dans : Autoroute A 831 - Communauté : Les blogs citoyens
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Recherche

Profil

  • henri Moulinier
  • Henri MOULINIER
  • Homme
  • 18/01/1948
  • europe politique écologie liberté économie
  • Adjoint au maire honoraire de La Rochelle. Acteur du Front de gauche. Ancien professeur de lycée en S.E.S. Chargé de cours d'éco Université de La Rochelle. Doctorant en histoire. Président LDH La Rochelle.

Syndication

  • Flux RSS des articles
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés
Sitemap