Samedi 15 janvier 2011 6 15 /01 /Jan /2011 21:55

Lorsque le Maire est venue à la Salle municipale de La Pallice à propos de l'affaire Picoty, il a promis une réunion dans un délai d'un mois. Depuis, il y a eu la "grande" réunion sur l'Agenda 21 aux Minimes, une belle réunion d'information, avec une temps de débat limité à 20 mn, pour 4 questions et  près de 15 mn pour les réponses du Président de la CDA-Maire de La Rochelle. Certes, il y aura 8 groupes de travail et 3 réunions de ces groupes, mais cela ne peut exonérer notre Maire de son engagement à tenir cette réunion à La Pallice sur Picotty. Voici la lettre que l'Association Respire lui a envoyé après le (1ère) réunion publique

( et la réponse du député -maire)

En attendant, l'Association Respire organise une  Manifestation, Samedi  29  janvier à 10h 30,  Place de Verdun , à La Rochelle

 

Site de l'Association:    http://association-respire-la-rochelle.org/

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Lettre ouverte de l’association RESPIRE décembre 2010

 

Rassemblement d’Eco-citoyens pour Sensibiliser,

Protéger et Inciter au Respect de leur Environnement

www.association-respire-la-rochelle.org

 

Monsieur le député-maire, il est temps que vous défendiez les habitants, rejoignez-nous !

 

D

ans votre Lettre du Maire de novembre, Monsieur Maxime Bono, député-maire
de La Rochelle et président de la communauté d’agglomération, vous semblez prendre en compte l’important dossier des risques technologiques après avoir enfin entendu le mécontentement légitime de la population des quartiers ouest de Laleu-la Pallice. Inquiétude et colère que porte depuis plus d’une année l’association Respire.
Mais dans votre Lettre du Maire vous ne faites qu’une partie du chemin.

Monsieur le député-maire, les habitants ne sont pas seulement inquiets de « la mise en place, par les services de l’Etat, du PPRT (Plan de Prévention des Risques Technologiques) ». Vos concitoyens n’acceptent plus la présence de ces sites Seveso, installés trop près de leurs portes et fenêtres, de leur vie !, comme cela se traduit avec
les cuves d’hydrocarbures des sociétés Picoty et SDLP.
D’une capacité de déjà 450.000 mètres cubes, il est question d’augmenter le stockage de ce site Seveso seuil haut.

A croire, Monsieur le député-maire, que vous ne voyez pas ces stockages géants
de carburant; que vous niez les dangers et les nuisances déjà inacceptables imposés
aux habitants. Les tours du Vieux Port limitent-elles votre champ de vision, quitte à obscurcir votre analyse politique, sociale et environnementale ? Nous n’osons pas le penser de la part d’un élu affirmant, le 18 octobre, à la réunion publique de la Pallice, qu’il aimerait vivre dans notre quartier Seveso.

 

En fait, Monsieur le député-maire, depuis septembre 2001, depuis la dramatique explosion d’AZF, à Toulouse, à La Rochelle, la mairie de La Rochelle a ignoré sur son territoire cet incompatible et intolérable stockage Seveso si proche d’habitations de Laleu la Pallice. Cette population, ancienne ou nouvelle, locataire ou propriétaire, le plus souvent de condition modeste, vous l’avez délaissée.

En renvoyant l’origine de l’inquiétude de ces femmes et de ces hommes aux seuls services de l’Etat en charge de la mise en place du PPRT, votre propos est insuffisant, pas convaincant. Ni l’Etat, ni la Ville n’ont souhaité organiser un exercice Seveso à Laleu-la Pallice. L’imposante et spectaculaire démonstration des secours aurait eu au moins le mérite de mettre les risques sur la table et la population au courant. Là encore, le respect de la loi et de la réglementation ou encore la juste information de la population sont passés sous la table.

 Nous n’acceptons pas plus le : « Il faut faire confiance aux expertises scientifiques ». Nous connaissons la pression des industriels soucieux d’assurer leur business à moindre frais. Aux exploitants de réduire leurs risques à la source, quitte, donc, à reculer leurs installations qui se trouvent trop proches des habitations. Cette proximité serait aujourd’hui interdite, impossible. La Direction Régionale de l'Environnement de l'Aménagement et du Logement (Dreal), questionnée par l’association Respire, l’a reconnu en réunion publique.

Monsieur le député-maire, la situation aberrante que nous vivons va au-delà de la question de travaux à réaliser par les propriétaires pour renforcer le bâti des habitations les plus exposées, d’autant que le crédit d’impôt pour ces aménagements des plus discutables vient de passer de 40% à 15%.

Le mécontentement et la mobilisation de la population grandissent. Monsieur le député-maire, le 18 octobre, à la Pallice, vous avez joué la carte de la communication, sans convaincre. Vous avez aussi fait votre mea culpa, reconnu vous être « tiré une balle dans le pied » en constatant, entre autres, l’irresponsabilité de la Ville d’avoir laissé filer le permis de construire [devenu ainsi permis tacite] pour les quatre nouvelles cuves Picoty. Personne ne croit à une « erreur ». C’est trop énorme : 43 196 mètres cubes de stockage de type Seveso ne passent pas ainsi inaperçus !

 

La délivrance par le préfet de l’autorisation d’exploitation pour un site Picoty plus dense, plus dangereux, a confirmé notre analyse vis-à-vis de l’Etat, peu enclin à s’opposer aux industriels. Chacun sait aujourd’hui que ces quatre cuves supplémentaires sur le site rochelais proviennent d’un transfert de la capacité de stockage de Picoty à la Souterraine, ville de La Creuse où l’exploitant, gestionnaire des stations-service AVIA, a son siège social. Cette cerise pourrie d’un transfert profitable pour l’exploitant n’aurait pas existé que le gâteau Picoty-SDLP n’en serait pas moins infect, inacceptable, non démocratique.

 

La démocratie, Monsieur le député-maire, a aussi été mise à mal dans ce dossier Seveso. Vous l’avez reconnu : le conseil municipal n’a pas délibéré sur ces quatre cuves Picoty et la consultation de la population a été une faillite. Comment en est on arrivé là, à l’inverse de tout ce que vous mettez en avant ?

 

La belle image de La Rochelle est déchirée. Reste la réalité Seveso. Monsieur le député-maire, il est indispensable de remettre les choses dans le (bon) sens de la défense et de la protection des habitants, dans la logique sociale et environnementale que la Ville
dit défendre. D’autant que se pose aussi aujourd’hui la question du développement du Grand Port Maritime de La Rochelle, avec, entres autres installations, l’unité de broyage de ciment Holcim dont les nuisances impacteront le continent et l’Île de Ré.

 

Remettre les choses en ordre, dans l’intérêt général, Monsieur le député-maire, ce n’est pas vous positionner contre les exploitants pétroliers mais faire pression, avec l’association Respire et les habitants, sur ces industriels. Ils doivent revoir leur copie de nouvelles implantations de cuves et leur actuelle présence près des habitations. Pour ces cuves, il y a
de la place, en retrait des habitations et sur la zone portuaire.

 

Monsieur Maxime Bono, député-maire de La Rochelle et président de la communauté d’agglomération, il est temps que vous défendiez les habitants, rejoignez-nous !

 

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

 

  Maxime BONO r-ponds - Respire2 Maxime BONO r-ponds - Respire2   

Par henri Moulinier - Publié dans : Respire à Laleu-La Pallice - Communauté : Les blogs citoyens
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Recherche

Profil

  • henri Moulinier
  • Henri MOULINIER
  • Homme
  • 18/01/1948
  • France Europe Monde Charente-maritime la rochelle
  • europe politique écologie liberté économie
  • Adjoint au maire honoraire de La Rochelle. Acteur du Front de gauche. Ancien professeur de lycée en S.E.S. Chargé de cours d'éco Université de La Rochelle. Doctorant en histoire. Président LDH La Rochelle.

Syndication

  • Flux RSS des articles
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés
Sitemap