Mardi 20 octobre 2009



Le grand reporter Robert Fisk, correspondant de The Independent au Moyen Orient depuis de nombreuses années, fait état de réunions « secrètes » rassemblant les pays du Golfe, les BRIC, le Japon - mais aussi la
France, selon lui - afin de définir un nouveau système de facturation pétrolière abandonnant le dollar comme monnaie de référence. Publié hier,cet article a provoqué une certaine nervosité sur les marchés des changes et
de l’or, bien que de nombreuses informations reprises ici soient déjà du domaine public. Si la date limite prévue pour la mise en oeuvre de cette nouvelle règle du jeu pétrolière est encore éloignée de neuf ans - autant
dire une éternité pour les marchés spéculatifs - ces informations viennent cependant renforcer un sentiment général largement partagé.
Le mouvement de dédollarisation,
que tous les pays frappés par la crise
financière « Made in USA » considèrent désormais comme une protection indispensable, est bel et bien engagé.   Et les USA vont voir se déliter peu à peu l’ « exorbitant privilège » qui leur permettait de régler leurs déficits sans autre contrepartie que du papier vert.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Par Robert Fisk, The Independent, 6 octobre 2009 - Extrait:

"Les pays Arabes du Golfe Persique planifient - avec la Chine, la Russie, le Japon et la France - de mettre fin à la facturation du pétrole en dollars, et vont utiliser à la place un panier de monnaies, dont le yen japonais et le yuan chinois, l’euro, l’or et la nouvelle devise commune que doivent adopter les nations appartenant au Conseil de Coopération du Golfe, incluant l’Arabie Saoudite, Abu Dhabi, le Koweït et le Qatar.

C’est là un tournant majeur sur le plan financier pour le Moyen Orient
Des réunions secrètes ont déjà eu lieu, auxquelles participaient les ministres des Finances et les gouverneurs des banques centrales de Russie, de Chine, du Japon et du Brésil, afin d’élaborer ce projet qui aura pour
conséquence que le cours du pétrole ne sera plus exprimé en dollars. Ces plans, confirmés à The Independent par des sources des milieux bancaires du Golfe et de Hong Kong,(...)"

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

 Crise systémique globale - L'Union Européenne à la croisée des chemins en 2010 : complice ou victime de l'effondrement du Dollar ?
- Communiqué public GEAB N°38 (15 Octobre 2009) -

Les grandes tendances des phases 4 et 5 de la crise systémique globale (phase de décantation et phase de dislocation géopolitique mondiale) se dévoilent chaque jour un peu plus (1). Tout le monde a désormais compris que les Etats-Unis sont emportés dans une spirale incontrôlable associant insolvabilité généralisée du pays et incompétence flagrante des élites US à mettre en œuvre les solutions nécessaires.

La cessation de paiement annoncée des Etats-Unis est bien en cours comme l'illustrent la chute du Dollar et la fuite des capitaux hors du pays : seuls le nom du liquidateur et la reconnaissance de la faillite sont encore inconnus, mais cela ne saurait tarder. Et, à l'image de son leader, l'Occident, dont le Japon s'éloigne un peu plus chaque jour avec la mise en œuvre de ses nouvelles orientations politiques, économiques, financières et diplomatiques (2), est déjà en pleine déliquescence à l'image de l'OTAN en Afghanistan (3).

Ainsi, selon LEAP/E2020, l'année 2010 va placer l'Union européenne au cœur de quatre contraintes stratégiques qui vont lui imposer des choix urgents dans un contexte d'effondrement accéléré du camp occidental, que l'on pourrait simplifier en le résumant au destin du Dollar US. Ces choix définiront durablement le rôle des Européens dans le monde d'après la crise. Soit ils s'affirmeront comme des acteurs-clés de la structuration du monde de demain en affirmant leur propre vision de l'avenir et en cherchant les partenaires ad hoc sans exclusive, soit ils se contenteront d'être des victimes consentantes du naufrage de l'Occident en suivant aveuglément Washington dans sa descente aux enfers. Dans le premier cas, l'UE assumerait pleinement sa finalité historique de redonner aux Européens la maîtrise de leur destin collectif ; dans le second, elle se révèlerait n'être que le pendant occidental du Comecon (4), appendice sans avenir de la superpuissance tutélaire.
Les tendances lourdes sont déjà identifiables et vont, selon notre équipe, fortement pousser l'Europe dans des directions prévisibles dès aujourd'hui. Cela dit, la faiblesse intellectuelle de l'actuel leadership politique européen (Union et Etats membres confondus) oblige à moduler les pronostics.
Dans tous les cas, l'UE étant la première puissance économique et commerciale mondiale (5), les conséquences de ces évolutions auront un impact direct et rapide dans le monde entier sur de nombreux facteurs économiques, financiers et géopolitiques essentiels : taux de change, prix des matières premières, croissance, systèmes sociaux, équilibres budgétaires, gouvernance mondiale.

Dans ce GEAB N°38, outre ses recommandations stratégiques et opérationnelles pour faire face à la crise et ses anticipations 2009-2014 des risques-pays face à la crise, notre équipe analyse donc les quatre contraintes stratégiques pour lesquelles l'UE va devoir, dès 2010, apporter des réponses lourdes de conséquences, à savoir :
1. Faire face à la rupture du système monétaire fondé sur le Dollar et éviter de se retrouver sans recours devant la perspective d'1EUR=2USD
2. Eviter l'explosion des déficits budgétaires à la mode américaine et britannique
3. Répondre à l'aggravation de la crise Iran/Israël/USA et de la guerre en Afghanistan en définissant une position spécifiquement européenne
4. Apprendre à travailler de manière indépendante et constructive avec les nouveaux acteurs clés du monde d'après la crise : Chine, Inde, Brésil et Russie notamment.

En effet, sur tous ces points cruciaux pour les Européens et le reste du monde, il n'est pas envisageable d’attendre au-delà de 2011. Il suffit pour s'en rendre compte d'imaginer que les Européens restent collectivement passifs face à ces quatre contraintes pour se rendre compte de l'impossibilité d'attendre au-delà de 2010 :
1. Ainsi, si les Européens se contentent de regarder le Dollar couler, leurs exportations vers les Etats-Unis et de nombreux autres pays aux monnaies liées au Dollar US vont d'ici un an être totalement sinistrées, aggravant la crise économique et sociale dans l'UE.
2. Si les Européens, et surtout les dirigeants de la zone Euro, laissent filer les déficits publics, à l'image de ce que fait la France, la zone Euro va être soumise très vite à des conflits internes brutaux entre Européens du Nord et Européens du Sud.
3. Si les dirigeants européens se contentent de suivre l'axe Israël/Washington dans la question du nucléaire iranien et d'emboîter le pas à l'administration Obama pour l'Afghanistan, ils vont entrer dans un processus de confrontation avec leurs opinions publiques pour lequel ils ne sont ni préparés, ni en position de force, gage d'instabilité politique grave au sein de chaque Etats membres.
4. Si les Européens refusent de discuter de manière indépendante de leurs intérêts communs éventuels avec les Chinois, les Indiens, les Brésiliens et les Russes, ils se privent tout simplement de tout moyen de faire valoir leur vision des choses en ce qui concerne les trois contraintes précédentes puisque ces pays représentent aujourd'hui les puissances sans lesquelles rien de décisif ne peut plus être mis en œuvre (6).

Selon nos chercheurs, il est donc certain que 2010 est une année cruciale pour les Européens et leur avenir collectif.

La position de l'UE, et plus particulièrement de la zone Euro, face au Dollar va être déterminante pour les Européens, comme pour le Dollar et l'ordre monétaire mondial. Non pas que les Européens aient choisi l'année (2010) ou le sujet (le Dollar) (les dirigeants de l'Euroland préfèreraient certainement continuer leur « business as usual »), mais l'Histoire est douée d'une remarquable ironie qui met les « alliés » des Etats-Unis désormais au pied du mur : sombrer maintenant avec Washington ou s'en sortir sans Washington.

Or, à l'image du déroulement de l'ensemble des phénomènes impliqués dans la crise systémique globale en cours, le temps connaît une forte contraction : tout va beaucoup plus vite. A ce propos, on peut d'ailleurs s'étonner de voir les « experts » en tout genre présenter comme farfelu l'article de Robert Fisk « Le crépuscule du Dollar » (7), rapportant que Russes, Chinois, Français, Japonais et pays pétroliers du Golfe discuteraient une cotation des prix du pétrole dans une autre devise que le Dollar US d'ici neuf ans. Pour LEAP/E2020, le seul élément surprenant de cette information tient au délai de neuf ans. Cette évolution surviendra bien plus vite, d'ici 2 ans, sous la pression des évènements.

Rappelons-nous le monde d'il y a neuf ans pour comprendre l'extraordinaire accélération de l'Histoire que constitue cette crise : il y a neuf ans, G. W. Bush venait tout juste d'être élu ; le 11 Septembre n'aurait lieu que deux ans plus tard ; les Etats-Unis ne s'étaient pas encore enlisés en Afghanistan et en Irak ; Katrina n'avait pas encore rasé la Nouvelle-Orléans ; un Euro valait 0,9 Dollar ; la Russie n'était qu'un pays à la dérive ; l'UE croyait élaborer une constitution populaire ; la Chine était un acteur international pauvre ; l'économie US était montrée en exemple au monde et le Royaume-Uni faisait la leçon ultralibérale à toute l'Europe ; les banques d'affaires de Wall Street paraissaient invincibles, … la liste pourrait continuer longuement. Ce qui en ressort c'est que chacun de ces évènements aurait paru impensable à la plupart des « experts » quelques semaines seulement avant qu'ils surviennent. Alors penser qu'il faudra neuf ans pour payer le pétrole en autre chose qu'en Dollar, monnaie qui ne tient plus que par la volonté (de plus en plus mauvaise) des banques centrales à acheter, acheter et encore acheter cette devise pour éviter qu'elle ne s'effondre, c'est franchement faire preuve d'une naïveté historique désarmante.

Déjà au second trimestre, les banques centrales du monde entier ont entrepris de mettre fin à leur accumulation de Dollars US (le Dollar n'a en effet représenté que 37% de leurs achats de devises alors qu'il représente 63% des réserves) (8). Déjà en Juillet 2009, ce sont près de 100 Milliards USD de capitaux nets qui ont quitté les Etats-Unis (9), et ce au moment même où le pays prétend réussir à faire entrer dans ses caisses plus de 100 milliards USD par mois pour financer le déficit fédéral (sans parler des autres déficits publics).

Dans ce cadre, une question essentielle se pose : qui achète vraiment ces 100 milliards de Bons du Trésor US chaque mois ? Certainement pas les citoyens américains qui sont endettés au-delà du raisonnable et n'ont plus ni épargne, ni crédit. Certainement pas les opérateurs privés étrangers qui s'inquiètent chaque jour un peu plus de l'état de santé des Etats-Unis. Certainement pas non plus les banques centrales chinoise, russe, japonaise qui entreprennent, d’un côté de cesser leurs achats de bons à long terme, et de l’autre, de commencer à vendre les T-Bonds ou à transformer leurs bons à long terme en bons à court terme. Etrangement, seule la Banque d'Angleterre semble avoir encore cet appétit (10). Alors, il ne reste plus que les « usual suspects », à savoir la Fed et son réseau de « primary dealers <http://en.wikipedia.org/wiki/Primary_dealer>  », c'est-à-dire de la            « planche à billet » d'une ampleur bien plus importante que celle reconnue par la Fed avec sa politique de « quantitative easing <http://en.wikipedia.org/wiki/Quantitative_easing>  » officielle.
Avec l'annonce de budgets fédéraux en déficit de 1.000 milliards USD par an sur la décennie à venir (11), qui peut honnêtement penser que le reste du monde va accepter pendant encore neuf ans d'être payé en monnaie de singe ?

Peut-être ceux qui pensaient impossible l'effondrement de Wall Street en Septembre dernier ? Ou qui croyaient qu'Obama allait changer l'Amérique et le monde (12) ? Ou qui persistent à croire que le consommateur américain va renaître de ses cendres et alimenter l' « impossible reprise » (13) ?
Contrairement à l’année dernière, l'actuelle rechute du Dollar ne bénéficiera pas d'un répit inespéré du fait de la panique. Cette fois-ci, la devise américaine fait figure d'épouvantail et non plus de refuge, car le découplage du reste du monde (Asie, Amérique du Sud et Europe en particulier) est à l'œuvre (14). C'est d'ailleurs pour cela que 2010 est une année si cruciale pour les Européens. S'ils laissent les évolutions en cours se poursuivre, c’est l'Euro qui va devenir une monnaie-refuge et son cours étouffera l'économie européenne. La zone Euro doit donc devenir plus agressive et débattre avec les autres grands acteurs économiques et financiers pour éviter cette situation, pour éviter que l'Euro ne s'envole face au Yuan, au Yen et autres monnaies de ses partenaires commerciaux. 

En fait, sur ce point, elle n'a pas vraiment le choix, car acheter chaque jour des milliards USD qui valent de moins en moins étant donné le rythme croissant auquel ils sont créés, ne peut pas tenir lieu de politique durable (15). Et qui plus est, celle qui dispose vraiment d’une marge de manœuvre pour négocier au FMI, c'est bien l'UE, tant pour supprimer le droit de véto des Etats-Unis que pour faire de la place aux puissances « ré-émergentes » (16).


Comme souvent, ce sont les évènements extérieurs qui vont imposer aux Européens d'agir de manière unie et volontariste. En l'occurrence, pour LEAP/E2020, le Dollar va être l'un des puissants aiguillons de l'action européenne de l'année 2010. Et l'Histoire, dont l'équipe de LEAP/E2020 souligne toujours que son seul « sens » est celui de l'ironie, s'apprête visiblement à donner aux Européens un rôle que tout le monde s'attendait à voir jouer par les Chinois…

---------
Notes:

(1) Voir GEAB précédents.

(2) Voir GEAB N°37 à ce sujet. Le changement radical de politique monétaire est en soi le coup le plus brutal porté au Dollar et aux achats de Bons du Trésor US par un « allié » depuis des décennies.

(3) Des Pays-Bas à l'Allemagne ou l'Italie, les pays de l'Alliance engagés dans le conflit afghan évoquent de plus en plus ouvertement leur désir de se dégager d'Afghanistan en 2010, tandis que le Japon a annoncé l'arrêt de son soutien logistique à la coalition.

(4) Organisation d'entraide économique du bloc communiste, dirigée par l'URSS, et qui fut dissoute deux ans après la chute du Mur de Berlin. Source : Wikipedia <http://fr.wikipedia.org/wiki/Conseil_d%27assistance_%C3%A9conomique_mutuelle>  

(5) L'UE est par ailleurs la seule dotée d'une monnaie pouvant jouer un rôle d'alternative au Dollar US, tout en détenant les troisièmes réserves mondiales d'actifs libellés en Dollars et les plus grandes réserves d'or de la planète, et en ayant un commerce extérieur peu dépendant du consommateur américain. Coincée dans une situation intenable, elle représente un acteur extrêmement puissant, devenu cette année la zone la plus riche du monde devant l'Amérique du Nord. Source : Bloomberg <http://www.bloomberg.com/apps/news?pid=20601083&amp;sid=aa4aY3KeSePI> , 15/09/2009

(6) Comme l'a bien constaté Barack Obama en signalant la fin du G7, et comme l'illustre le graphique ci-dessous. En effet, non seulement le tandem Chine-Inde a vu s
a part du PNB mondial augmenter de près d'un tiers en 10 ans, mais, en plus, sur la longue durée, mis à part les deux derniers siècles, ces deux pays ont représenté en général près de 50% de la richesse mondiale. Difficile pour les Européens de faire l'impasse sur ce « détail durable ».

(7) Sources : The Independent <http://www.independent.co.uk/news/business/news/the-demise-of-the-dollar-1798175.html> , 06/10/2009 et pour des versions linguistiques en traduction libre : « Le crépuscule du Dollar », Contre-Info <http://contreinfo.info/article.php3?id_article=2828> , 07/10/2009 ;

(8) Source : Bloomberg <http://www.bloomberg.com/apps/news?pid=20601103&amp;sid=aOTmsmEQpY6A> , 12/10/2009

(9) Source : ShockedInvestor <http://shockedinvestor.blogspot.com/2009/09/tic-outflow-data-is-terrible-for-us.html> , 16/09/2009

(10) Mais vu l'état des finances publiques britanniques, cela ne peut pas être d'un bien grand secours pour les Etats-Unis. Le parti conservateur semble en effet prêt à jouer le rôle du FMI avec son programme de coupes radicales dans les dépenses publiques tandis que Gordon Brown vend les « bijoux de famille » de l'Etat. Sources : BBC <http://news.bbc.co.uk/2/hi/8292680.stm> , 06/10/2009 ; BBC <http://news.bbc.co.uk/2/hi/uk_news/politics/8301927.stm> , 12/10/2009

(11) Et on peut supposer sans grande crainte de se tromper que ces estimations seront très inférieures à la réalité puisqu'elles s'appuient sur les prévisions de croissance du gouvernement fédéral. Source : US Congressional Budget Office <http://www.cbo.gov/ftpdocs/105xx/doc10521/2009BudgetUpdate_Summary.pdf> , 08/2009

(12) Visiblement, il en reste encore quelques uns, par exemple dans les neiges norvégiennes, parmi ceux en charge du Nobel de la paix.

(13) Voir GEAB N°37

14) Voir les anticipations des risques-pays face à la crise dans ce GEAB N°38.

(15) C'est d'ailleurs l'un des messages qu'ont voulu faire passer les citoyens japonais en changeant radicalement le pouvoir en place à Tokyo il y a un peu plus d'un mois.

(16) Quand on connaît l'Histoire, il est en effet un peu difficile d'appeler la Chine, l'Inde ou la Russie des puissances « émergentes ».

Jeudi 15 Octobre 2009
http://www.leap2020.eu/GEAB-N-38-est-disponible!-Crise-systemique-globale-L-Union-Europeenne-a-la-croisee-des-chemins-en-2010-complice-ou_a3879.html

Par henri Moulinier - Publié dans : Union européenne: son avenir - Communauté : Les blogs citoyens
Ecrire un commentaire - Voir les commentaires - Recommander
Retour à l'accueil

Présentation

Recherche

Profil

  • : henri Moulinier
  • moulinier
  • : Homme
  • : 18/01/1948
  • : France Europe Monde Charente-maritime la rochelle
  • : politique europe écologie liberté économie
  • : Adjoint au maire honoraire de La Rochelle, écarté par des bureaucrates du PCF, sans AG. Démission du PCF. Rejoint le Parti de Gauche.Professeur en lycée retraité. Chargé de cours fac de droit et IUT La Rochelle.Etudiant en Master2.

Syndication

  • Flux RSS des articles
 
Créer un blog sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés
Sitemap