Vendredi 31 juillet 2009 5 31 /07 /Juil /2009 08:59
Comme chacun/e de vous, je lis avec attention toutes les informations concernant cette "pandémie" qui nous menace  et qui frappe déjà ici et ailleurs. Le bilan d'une vaccination qui s'achève le 10 janvier voit se profiler un échec 

 Je suis frappé ( depuis septembre , au moment de la rentrée, et encore aujourd'hui) par le nombre de déclarations du gouvernement français à propos de cette menace de grippe A, à commencer par la  Ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, omniprésente.

Un fort dispositif de lutte contre la pandémie a été mis en place, à l'initiative du gouvernement français. Des centres de vaccinations ont été ouverts partout, en réquisitionnant des personnels à la hâte. On sent parfois de l'exspération de la part de patient(e)s qui attendent souvent des heures. "Le gouvernement a le plus grand mal à faire face sereinement à l'épidémie de grippe A. Et ce malgré une communication omniprésente" écrit un journaliste dans l'Humanité du 3/12/09 
                                       
                               (
Voir le site officiel: http://www.pandemie-grippale.gouv.fr/)

Le Réseau de surveillance des Grog (Groupes régionaux d'observation de la grippe) suit l'évolution de la pandémie.

Le Professeur Montagnier, colauréat du Prix Nobel de médecine en 2008, estimait, il y a peu,  qu'avec "l'arrivée du froid, les mesures adoptées jusqu'à présent ne seront pas suffisantes. Dans l'attente du vaccin ,    il faut déjà  préparer sérieusement notre système immunitaire, en sachant qu'au moment opportun, personne ne pourra éviter la vaccination" (Sud-Ouest du 7/9/09).

 Mais cette préparation du système immunitaire, pour le plus grand nombre, ne passe pas forcément par la vaccination! Je vous renvoie, à ce propos,  à une préconnisation  homéopathique pour cette prévention ( voir article 4 ci-dessous)


Bonne démarche préventive ou surmédiatisation volontaire?

N'est-ce pas la question posée par une homme qui ne peut être soupçonné d'anti-Sarkozisme, le professeur Bernard Debré, urologue et par ailleurs député UMP: cette grippe n'est qu'une "grippette" a t-il déclaré fin Juillet  ("Sud-Ouest" du 31 /7/09). Et d'ajouter que "tout ce que nous faisons ne sert qu'à nous faire peur".

 Selon lui, les gouvernements n'avaient pas d'autres choix que de "suivre l'OMS après qu'elle eut commencé à gesticuler avec des communiqués quotidiens et des conférences de presse à répétition. Mais le gouvernement français a ensuite succombé à la surmédiatisation politique de cet événement. Il y a(vait fin Juillet) 800 cas répertoriés en France. C'est une plaisanterie! Va-t-on se mettre à comptabiliser les diarrhées?"

Le virus A(H1N1) a une
"contagion diaboliquement efficace, (mais) n'est heureusement pas très méchant"

Cependant, d'autres spécialistes, tel le Professeur Thierry May, du CHU de Nancy, souligne "que jamais une maladie infectieuse e s'était propagée aussi vite". Le Nouvel Obsservateur du 10-16 septembre 09 , dont extraite cette citation, consacre un dossier de plusieurs pages, en partenariat "Sciences et Avenir", dossier précis et bien fait en 30 questions-clés. Et de préciser, je cite, que ce virus A(H1N1) a une "contagion diaboliquement efficace, (mais) n'est heureusement pas très méchant. Il n'est pas anodin non plus (... et le Professeur Bernard Debré, qui avait osé parler de "grippette" a été désavoué par ses pairs. Mais les pays développés en ont peut-être trop fait, en raison de "leur aversion pour le moindre risque - et, en ce qui concerne la France, du douloureux souvenir de la canicule de 2003. D'où ce  "feuilleton de l'été" raillé par le Professeur Gentilini, de l'Académie de médecine. Au nom du principe de précaution, on aurait joué à nous faire peur en nous préparant à une vaste calamité à coups de plans draconiens (...)"
 
Mais d'où vient ce virus?

  
Le "Nouvel Observateur" des 10-16 /9, dans son dossier spécial, en collaboration avec "Sciences et vie", affirme que ce virus H1N1 serait "apparu en 1918" (et a donné la "grippe espagnole qui, après mutation dans une souche virale aviaire, faisait de 40 à 50 millions de morts).

 De 1918 à 1957, le virus H1N1 s'est maintenu chez l'homme en évoluant de manière continue, et chez le porc en restant stable.
Puis en 1957, la lignée H1N1 a brusquement disparu chez l'homme. Elle a été remplacée par un nouveau virus doté de la combinaison H2N2 ( mais aussi de gènes hérités de 1918)
. La concurrence darwinienne du H2N2 a éclipsé le H1N1, qui s'est maintenu chez le porc. Les élevages porcins à travers le monde onrt ainsi constitués le réservoir animal du virus (H1N1) apparu initialement en 1918"

Voir, à propos de "l'origine porcine",  un article précédant sur mon blog " Grippe porcine: sa source dans le lisier de Smithfield Corporation ?"

"on ne sait même pas encore si ce vaccin ... vaccine"!
Quant aux vaccins, dont les premières doses sont arrivées le 27 Août, "Mais ces premières doses, à usage médiathique, ne serviront sans doute jamais à personne. D'abord parce que leur utilisation serait illégale, le vaccin n'ayant toujours pas reçu l'homologation indispensable, qui tarde à venir. Ensuite, parce qu'on ignore encore presque tout de ce que sera la composition finale de la formule retenue. Faute d'essais cliniques menées à terme, "on ne sait même pas encore si ce vaccin ... vaccine" constate le virologue Jean-François Saluzzo (...)" ajoute le Nouvel Obs

  "Bonnes gens, dormez sans crainte, nous veillons sur vous"
C'est ainsi que Bernard Teper, responsable du secteur santé de l'Ufal ( Union des Familles Laîques), résume le message implicite que veut faire passer le gouvernement. Il souligne les incohérences d'une politique qui " conduit systématiquement à sortir le marteau-pilon pour enfoncer un simple clou". " Il est inutile d'affoler les populations, poursuit-il, sauf à vouloir marteler à des fin politiques le message suivant: "Bonnes gens, dormez sans crainte, nous veillons sur vous".
C'est ce qu'écrit Jean-Claude Jaillette, dans Marianne de 22-28/8, en y ajoutant un argument: " Les ministres appliquent ainsi les recommandations du président:
frapper fort pour ne pas revivre l'humiliation de la canicule de 2003 (...). Sauf que ce faisant, ils oublient que le principe de précaution, inscrit dans la Constitution, ne peut être mis en oeuvre que justifié par l'état des connaissances scientifiques. Or, 5 mois après l'apparition du virus, l'Organisation Mondiale de la Santé ne recense que 177 457 cas officiels dans le monde; le virus n'a pas muté, et le taux de mortalité est faible. Pas de quoi, donc, affoler tout le pays.""

"Occupant les esprits et les médias, la pandémie réelle ou fantasmée serait la meilleure des diversions pendant la rentrée sociale"
L'Express du 20-26 Aout, dans un dossier - bien fait-  sur la grippe A, sous la plume éditoriale de Christophe Barbier, constate: "Avant même d'être un problème médical, la grippe A est un sujet politique (...). C'est du plus haut de l'Etat donc, qu'est venu l'ordre de mobilisation en vue d'une éventuelle campagne de vaccination (..). Mais la droite a bien sûr tout intérêt à cacher, derrière son activisme antigrippe, sa relative impuissance face à la crise. Occupant les esprits et les médias, la pandémie réelle ou fantasmée serait la meilleure des diversions pendant la rentrée sociale (...). Face à la grippe A, épidémie plus génante que dangereuse, en faire trop est presque aussi grave que n'en faire pas assez.


Une vaccination qui apparaît comme inutile et tardive, sauf ... pour les laboratoires pharmaceutiques!
Bernard Dugué, ex-chercheur à Bordeaux 2, dénonce "une vaccination qui relève d'une décision combinant un peu de rationalité scientifique et beaucoup d'émotion et de peur" ( SO du 31/7)
Le gouvernement a commandé 94 millions de doses du vaccin contre la grippe A. Mais ce vaccin "sera disponible au mieux en octobre, au pire en janvier" 
affirme le docteur Frédéric Chemin, président de l'Association SOS Médecins de Bordeaux ( Sud-Ouest du 3/8/09).

Lire aussi les analyses de CRI-VIE dans un nouvel article sur ce blog "Une vaccination massive contre un virus grippal relativement bénin ne présente-t-elle pas des risques ?

"La course de vitesse contre la maladie est aussi une course aux profits"
°
Le numéro de "L'Express" déjà cité donne une clé d'analyse dans un article de Valérie Lion, titré "Une bataille économique": "Les enjeux financiers sont énormes" (...) Mais le jeu en vaut la chandelle: le marché des vaccins est le plus promoteur pour l'industrie pfarmaceutique, et la guerre de position ne fait que commencer. Une chose est sûre: plus vite le vaccin anti-HINI sera disponible, et plus les laboratoires pourront vendre de doses, meilleure sera sa rentabilité. La course de vitesse contre la maladie est aussi une course aux profits"

 °
Dans "Sud-Ouest" du 8/9/09, Jean-Michel Lacroix, médecin urgentiste, auteur de "Quelques vérités sur la médecine française" (Ed. Dualpha), considère que "Parler de gros sous lors d'une épidémie peut paraître indécent, mais n'a-t-on pas déjà franchi les limites de la décence et du raisonnable en matière de commentaires face à cette menace de grippe H1N1?
Mille cas recensés dans la France d'Outre-mer et 10 morts à ce jour. On ne peut bien sûr que regretter ces décès mais il n'y a pas de quoi s'affoler. Rappelons que la grippe '"habituelle" fait tous les ans entre 3 et 5 000 morts en France et que l'on ne s'en émeut pas pour autant. (...)"
(...) Et d'ajouter:
"Le gros bénéficiaire de cette épidémie sera l'industrie pharmaceutique, qui fabrique les vaccins et tous les produits associés ( masques, désinfectants pour les mains, etc). (...) Pourquoi ne pa lui demander (à titre exceptionnel, bien sûr) de reverser 50% des bénéfices ainsi réalisés à la Sécu pour essayer de combler un peu le trou et éviter de pénaliser un peu plus le cotisant de bas?" ( d'autant que "c'est  la Caisse d'assurance-maladie qui doit prendre en charge (même en partie) l'achat des vaccins qui devrait normalement revenir à la collectivité, à moins que la Sécu ne soit plus riche qu'on nous le dit, et que son fameux trou ne soit évoqué que pour justifier le déremboursement de médicaments souvent bien utiles au patient."!!!

"Beaucoup de bruit pour pas grand chose?"
Tel était le titre d'un article de "l'Humanité" du 28 Juillet, d'Anne Roy. Et de sous-titrer:         "Grippe A- Contagieuse mais pas si dangereuse: alors que la pandémie semble irréversible, des médecins relativisent les annonces du gouvernement et dénoncent des mesures inappropriées".

 "Plus que sa virulence, c'est son fort degré de contagion qui inquiète.
Selon les chiffres du gouvernement, en 2008, la grippe classique aurait touché 4 millions de personnes, et tué 3 500 d'entre elles, principalement des personnes âgées. Mais, d'après certains experts, jusqu'à 20 millions de personnes pourraient être touchées en France par la grippe A, soit 5 fois plus que lors d'une épidémie de grippe classique"

Pour le moment, "le virus stagne, le business grimpe"!
Tel est le sous-titre d'un article du quotidien "Sud-Ouest" du 7 octobre 09. Et d'ajouter: "Où sont les centaines d'écoles fermées, les transports collectifs au garage, les réunions interdites ou ajournées, les cinémas et les restaurants fermés?" "L'épidémie de grippe est stable pour le moment, voire à la baisse selon certains indicateurs, mais la vigilance reste de mise, car le virus pandémique H1N1 continue de circuler et il y a des hospitalisations" assure l'INVS ( Institut de Veille Sanitaire)
"De toute façon, l'épidémie aura lieu" affirme Bruno Lina, Directeur du Centre de référence de la grippe à Lyon et membre du conseil d'experts qui entoure
Roselyne Bachelot." (...) " Le gouvernement, au nom du principe de précaution et parce que le dossier est politiquement sensible, multiplie les interventions. Au risque de provoquer lassitude et méfiance (...)"
"
Actuellement, on peut entendre dans la bouche de certains experts que la France surenchérit par rapport à la situation"
Pour l'instant, il (le virus) est une vraie poule aux oeufs d'or pour quelques entreprises.
Outre les quelque 90 millions de doses de vaccins commandés à 4 laboratoires pharmaceutiques ( Glaxo-SmithKline, Sanofi-Aventis, Novartis et Baxter) pour 600 à 800 millions d'euros, la France a acheté 1 milliard de masques  de protection et 33 millions de traitements antiviraux (Tamiflu) (...)"

L'échec de la vaccination se profile en France

 Avec seulement 5 millions de personnes vaccinées sur 65 millions
( et 94 millions de doses de vaccin commandées pour un coût d'un milliard d'euros), la vaccination ne fait pas recette! ( Edito de "Sud-Ouest" du 2/1/2010)
L'heure du bilan approche, alors que Nicolas Sarkozy, lors de ces voeux commence à se justifier en affirmant : "Il ne s'agit pas d'une banale grippe. Ce virus a tué 219 personnes, il touche des enfants et des adultes en bonne santé. Je n'ai pas le droit de banaliser"!
Cela est vrai pour le gouvernement français, mais aussi pour l'OMS mise, elle aussi, "sur la sellette"!

Que faire au cas où?

° Je ne suis pas médecin. Cela dit, ma réflexion actuelle et les infos médicales que je reçois me laissent dire qu'il ne faut pas céder à l'alarmisme, faire preuve de "patience et de sérénité", dit Jean Gérvas, dans lun des articles ci-dessous.
-  Etre très attentif, s'informer sur les moyens de se protéger, de se soigner.
- Mais aussi avoir une réflexion citoyenne sur les enjeux médicaux, pharmaceutiques et politiques.

         Avec prudence et esprit critique.


° Je viens de prendre connaissance de l'Appel "Notre souci: préserver la démocratie", publié par "Libération" du 8/9. Cet appel met le doigt sur le danger d'hygiènisme autoritaire ( de la part du gouvernement) et considère que" la lutte contre la pandémie de la grippe A ne pourra se résumer à une seule réponse technique, agrémentée de choix individuels. Elle doit être une réponse collective.

" C'est pourquoi, les signataires "demandent aux pouvoirs publics d'ouvrir au plus vite le débat" (...)" Les décisions ne peuvent être prises dans un cénacle d'experts. Le débat doit s'ouvrir sur les enjeux humains et sociétaux des stratégies de lutte contre la pandémie. Avec un souci: préserver les règles de la démocratie dans la gestion de la crise" Affaire à suivre Voir les aricles de Libération:


  
http://www.liberation.fr/societe/0101589458-effets-secondaires-pour-les-libertes

Je vous propose de prendre connaissance de plusieurs réflexions, convergeantes, ci-dessous:

  1- Celle de Juan Gérvas, médecin espagnol
  2- Des recommandations  en homoépathie
  3- Le point de vue d'Attac et de la Cofédération paysanne
  4- Un article carré et argumenté issu deu site "Infame politique" (Extraits)
  5- Quand la grippe A devient une aubaine pour les patrons
  6- Une pandémie de profit: quelques comparaisons chiffrées: édifiantes !

Voir aussi le site de l
a Ligue nationale pour la liberté des vaccinations

Mais le débat est sérieux et vos informations et réactions m'intéressent

 °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

1- Texte daté du 13.08.2009  (Avec des modifications ajoutées le 21 août): extraits

"Vaccin et Tamiflu sont inutiles dans une grippe A H1N1 bien moins grave que la grippe saisonnière. Juan Gérvas nous rappelle à la raison


La grippe A, qu’est-ce que c’'est ? Quels sont les chiffres ? Y a-t-il des dangers dignes de ce nom ? Une prévention, un traitement médical ? Les vaccins, le Tamiflu, le Relenza sont-ils efficaces ? Ont-ils un rapport bénéfices/risques favorable?

Pharmacritique vous propose une traduction du texte explicatif, synthétique, référencé et très clair que le médecin espagnol Juan Gérvas distribue à ses patients. aussi fondé en raison. C’est pour cela qu’il est sain.

 

 "Quoi faire en cas de grippe A? Patience et sérénité sont de mise »

Par Juan Gérvas

"Médecin à Canencia de la Sierra, Garganta de los Montes et El Cuadrón (Communauté autonome de Madrid). Professeur honoraire de santé publique à la faculté de médecine de l’Université autonome de Madrid et professeur invité de médecine générale et santé internationale à la Escuela Nacional de Sanidad (Ecole Nationale de Santé de Madrid).


Résumé


  1. La grippe A est très contagieuse, mais aussi très légère, plus légère que la grippe annuelle (grippe saisonnière).
  2. Face à la grippe A, nous devons nous comporter avec prudence et sérénité, comme nous le faisons en cas de grippe saisonnière. Le recours au médecin ne s'’impose que dans les cas d’'atteinte grave (toux sanguinolente, altération importante des capacités respiratoires).
  3. Les médicaments antiviraux tels que Tamiflu et Relenza ne protègent pas de la grippe A et ont des effets secondaires importants. Ils ne sont pas non plus utiles dans le traitement de la grippe contractée par des patients par ailleurs en bonne santé, et leur emploi doit être réservé aux cas graves.
  4. Le vaccin contre la grippe A est expérimental, et actuellement, nous ne savons rien ni de son profil de sécurité ni de son efficacité.
  5. La mortalité a été relativement peu importante lors des pandémies grippales survenues après la généralisation des antibiotiques, puisque ceux-ci ont pu être utilisés pour traiter les pneumonies qui compliquent la grippe. Lors des pandémies précédentes, il n’y a pas eu de deuxième "vague" avec un virus qui serait devenu plus agressif.
  6. En plus de la grippe A, les structures de soin doivent pouvoir continuer à prendre en charge tous les malades aigus et chroniques habituels, et il est important que des patients souffrant d’une grippe A légère ne saturent pas les capacités des cabinets médicaux et des établissements de soins.(...)"
     Pour lire la suite de cet article de Juan Gervas, voir le site de "Pharmacritique", à l'dresse ci-dessous:
      http://pharmacritique.20minutes-blogs.fr/archive/2009/08/13/vaccin-et-tamiflu-sont-inutiles-dans-une-grippe-porcine-bien.html

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°° 

4- Il existe aussi la possibilité de se protéger avec l’homéopathie: conseils d’un homéopathe.


° A titre préventif, comme pour toute grippe : Influenzinum et Sérum de Yersin, en dosette chaque semaine et en alternance pendant

 

°Puis, si l’infection existe autour de vous :

-        Echinea, teinture mère, 20 à 30 gouttes 1 à 2 fois par jour (Weleda)

-        Formule 770 Weleda, 15 gouttes le matin au réveil

-        Cu Au Ag, 1 fois par jour (combien) pendant 10 jours seulement. Si besoin  attendre 20 jours avant de recommencer une cure de 10 jours

 

Compléter avec des huiles essentielles : Cyprès, Ravensara, …)

 

  °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

 

3- La grippe A : la grippe de l'agro-industrie !

Le modèle agro-industriel mis en en cause

La bataille qui s'engage sur le nom de la grippe A-H1N1 permet d'occulter, dans le déferlement médiatique, les réelles causes de l'apparition et de la propagation de ce virus. Pourtant, de plus en plus d'ONG, de chercheurs, de journalistes nord-américains et de témoignages des populations mexicaines mettent en cause le modèle agro-industriel, piloté par les multinationales et engendré par la mondialisation néolibérale.

Il n'existe aucune certitude sur l'origine précise du virus, mêlant des souches humaine, aviaire et porcine. Mais tout laisse à penser que sa transmission est fortement liée à l'agro-industrie. Cela fait des années que de nombreux scientifiques avertissent que l'industrialisation des élevages et la très forte concentration des animaux favorisent la transmission et la recombinaison virales (1) .

Une piste sérieuse concerne la plus grande multinationale de viande porcine, Smithfield Foods, qui s'est implantée, sous le nom de Granjas Carroll, dans la communauté mexicaine de la Gloria. Depuis des mois, les habitants se plaignent de maladies respiratoires et de morts étranges, qu'ils ont très rapidement liées aux conditions d'hygiène scandaleuses de la multinationale (par exemple, des charognes de porc qui pourrissent à l'air libre) (2). C'est ici que le premier cas de grippe porcine a été diagnostiqué dans le pays. Les autorités mexicaines se sont visiblement efforcées d'étouffer l'affaire. Smithfield Foods a pourtant déjà été dénoncée par les populations victimes de ses pratiques d'élevage, qui mettent en danger la santé publique. Mais, comme pour d'autres multinationales agroalimentaires, l'impuissance ou le laxisme des autorités ont permis à la loi du libre investissement de s'imposer.

Un autre foyer potentiel a pu être identifié par des chercheurs américains en Caroline du Nord, où l'agriculture porcine est la plus concentrée et la plus industrialisée du pays (3) . D'autres foyers  pourront être identifiés. L'important est de bien voir les énormes risques sanitaires engendrés par une industralisation à outrance de l'élevage par quelques multinationales, c
ela malgré les avertissements de très nombreux chercheurs et institutions. Depuis quarante ans, on est passé de cinquante à mille porcs par ferme en moyenne aux États-Unis. Les élevages de Smithfield Foods concentrent chacun plusieurs dizaines ou centaines de milliers de porcs confinés dans d’immenses hangars, dans des mares d'excréments, avec de très importantes déjections polluantes et des antibiotiques qui multiplient les résistances. On est à dix mille lieues de l'élevage paysan et familial.

Les causes profondes : libre-échange et mainmise des multinationales

Le fait que cette grippe ait d'abord été localisée au Mexique et en Amérique du Nord n'est certainement pas un hasard. Depuis 1994 a été créée une zone de libre-échange, l'ALENA, entre les États-Unis, le Canada et le Mexique, consacrant le libre marché au mépris notamment du principe de précaution.

 Sans possibilité de protection, l'agriculture mexicaine a été décimée par une importation massive de produits agricoles à très bas prix. Les multinationales agroalimentaires des États-Unis ont pu investir et s'implanter massivement au Mexique pour échapper aux réglementations contraignantes imposées dans leur pays. Sans oublier que le Mexique a été soumis à des programmes d'ajustement structurel du FMI et de la Banque mondiale à partir des années 1980. Ces programmes ont notamment poussé l'agriculture à s'orienter vers les exportations, au détriment des productions vivrières et paysannes. Les conditions étaient réunies pour une dérive vers une agriculture industrialisée, polluante et sans règles environnementales, sociales et sanitaires.

La propagation de cette grippe révèle également l'échec des systèmes de prévention, notamment de l'Organisation mondiale de la santé, et des systèmes de santé publique en Amérique du Nord, privatisés, avec trop peu de moyens et incapables d'une réaction rapide et coordonnée. De plus, l'industrie pharmaceutique a tout fait pour combattre les initiatives des pays du Sud visant à produire, de façon publique et générique, des antiviraux aussi cruciaux que le Tamiflu des laboratoires Roche (4) .

Comme pour la grippe aviaire, une cause profonde se trouve du côté du libre-échange et de la mainmise des multinationales. Il est urgent que soit mise en place une évaluation indépendante de l'origine du virus, des impacts de l'industrialisation des élevages, notamment en Amérique du Nord, et du délabrement du système de santé publique. Ce ne sera pas chose facile : de même que pour la grippe aviaire, il est probable que l'industrie porcine fasse tout pour obstruer les enquêtes. À plus long terme, le modèle agricole industriel, ainsi que les accords de libre-échange et la libéralisation des marchés qui l'ont engendré, doivent être remis en cause. Les échanges mondiaux doivent devenir solidaires et coopératifs, dans le respect du droit à la souveraineté alimentaire et de celui de chaque peuple à protéger son agriculture, en particulier contre les multinationales (5). Sinon, il faut s'attendre à des catastrophes sanitaires d'une ampleur toujours plus grande.


Notes :

(1). Voir le site de l'ONG Grain (http://www.grain.org/articles/?id=50) ; Bernice Wuethrich, "Chasing the Fickle Swine Flu", Science, Vol. 299, 2003 ; voir aussi l'article “Expert Panel Highlights Serious Public Health Threats from Industrial Animal Agriculture”, qui relate les avertissements d'un panel d'experts devant le Congrès, en novembre 2008, sur les grands risques sanitaires liés à la concentration des élevages de porcs, http://www.pewtrusts.org/news_room_detail.aspx?id=37968.
    
(2). Selon notamment le quotidien régional La Jornada. Dans cette région existent également de nombreux élevages intensifs et industriels de volailles et une grippe aviaire y a sévi récemment, source potentielle d'une recombinaison virale.

(3). Article de Michael Greger, directeur de la santé publique et de l'élevage pour “The Humane Society of the United States”, http://sheepdrove.wordpress.com/2009/04/30/h1n1-flu-virus-link-to-usa-pig-industry/. Le “Bulletin de l’Académie vétérinaire de France” écrivait également en 2004 : “Depuis le début des années 2000, la grippe du porc en France concerne avant tout les élevages de Bretagne, où la densité porcine est la plus élevée. Elle a un impact économique considérable dans les élevages de cette région. L’activité grippale est le fait de virus A/H1 d’origine aviaire (A/H1N1) ou de réassortants (A/H1N2). L’instabilité des virus grippaux suppose d’adapter régulièrement les outils de détection afin de permettre une épidémiosurveillance efficace.”

(4). http://www.guardian.co.uk/commentisfree/2009/apr/27/swine-flu-mexico-health.
    
(5). Sur ce sujet paraît bientôt un livre d’Attac Europe-Via campesina Europe, Souveraineté alimentaire : que fait l'Europe ?, Paris, Syllepse, 2009.


Attac France,
Confédération Paysanne,

le 6 mai 2009

 

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°


4- Extraits de l'article publié le 24 août 09 dans INFAME POLITIQUE | Lien permanent | Commentaires


"Pourquoi la grippe H1N1 tombe à pic,

               car la crise 2010 sera pire que 1929.



Nous vivons une époque extraordinaire, où la méthode Coué, a été instauré comme, comme outil de gouvernance international ( en matière économique) et la grippe H1N1 comme le dernier rempart pour sauvegarder la paix sociale pendant la tempête.

Bien évidemment, les médias et  les gouvernements ne vous servent pas la vison du monde comme je viens de vous la présenter.

 

La méthode Couet!

 

Et pourtant, en fouillant bien, les médias et déclarations de gouvernements ou d’économistes il est indéniable que tous proclament la méthode Coué : "la crise est finie la croissance repart ! ", mais vous vous apercevez rapidement que personne n’est dupe, et que tous s’attendent à une fin d’année 2009 et 2010 catastrophique.

Merci de suivre les liens pour faire votre idée sur la réalité de l’info que mes médias et gouvernements nous servent.

Pour commencer les USA où les premières cartes du château se sont effondrées ! ( cela continue, et ils se demandent encore comment enrayer la chute ! ) voir ici les mesures prises en Californie pour éviter la Faillite, les saisies immobilières qui continuent de plus belles (et qui engendrent le paradoxe de faire remonter les ventes immobilières, le chômage qui est reparti à la hausse en Aout ( mauvaise pioche).

 

Maintenant l’Europe : le palmarès de la récession en Europe


L’Europe s’enfonce dans la récession, avec une contraction jamais vue depuis des décennies de son économie fin 2008. Quels sont les pays les plus touchés ? Quels sont ceux qui résistent le mieux ? Analyse de la situation économique des pays de l’UE.

Soudain embellie merveilleuse en Allemagne et en France avec des 0,1 % et 0,3% de croissance du PIB, bien sur aussitôt mis sur le piédestal par les Gouvernements dans les Médias, mais fortement modéré en coulisses, avec une Espagne elle, catastrophique, "chute de 4,1% du PIB au 2e trimestre."

....La principale interrogation des analystes porte sur les causes de la dynamique constatée en Allemagne et en France, qui tient notamment à la bonne tenue de la consommation. Jusqu’à quand les ménages vont-ils tenir ? Comme l’explique Jean-Christophe Caffet, économiste chez Natixis, s’ils ont continué à consommer, c’est « d’abord grâce à la désinflation, liée essentiellement à des effets de base » (le pétrole était très cher un an auparavant). Un phénomène qui ne va pas tarder à toucher à sa fin. Autre soutien manifeste de la consommation : les primes à la casse dans le secteur automobile. Pour salutaires qu’ils aient été, ces coups de pouce sont appelés à disparaître. Quant aux ménages, la perspective d’une hausse persistante du chômage devrait tôt ou tard les inviter à la modération.

Et la Chine dans tout ça qui annonce + de 8% de croissance en 2009 : "...pour retrouver une croissance à deux chiffres, les Chinois ont un besoin impératif d’une reprise forte de leurs exportations. Rappelons qu’en juillet elles baissaient toujours de 23 % sur un an. Je ne vois pas comment un redémarrage de la demande des pays industrialisés pourrait se produire à brève échéance.(...)"


                      Lire la totalité de l'article sur le site l'INFAME POLITIQE


                      INFAME POLITIQUE | Lien permanent | Commentaires

  °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

 

5- Voici des extraits d'un article disponible sur le site:
http://www.marianne2.fr/Quand-la-grippe-A-devient-une-aubaine-pour-les-patrons_a181935.html

Quand la grippe A devient une aubaine pour les patrons


Alors que le gouvernement investit dans l'achat massif de vaccins afin de garantir la santé publique, le "travailler plus pour gagner plus" au risque de se tuer à la tâche, reste un leitmotiv même et surtout en cas de pandémie. Agnès Maillard s'insurge contre les circulaires qui bourgeonnent en cette rentrée grippée et confèrent aux patrons le droit de négliger le Code du travail pour continuer à faire du chiffre.


Pendant que vous jouissiez, à juste titre, de votre repos annuel tellement bien mérité, d’autres ont trimé comme des malades pour vous savonner sous les arpions la planche du retour au turbin, opération déjà bien exténuante et déprimante s’il en est.

Même si vous preniez vos vacances au fin fond du bled, dans une zone blanche ravitaillée par les corbeaux, il ne vous aura pas échappé que la grande affaire du moment c’est l’épidémie, que dis-je, la pandémie de grippe H1N1 <http://www.pandemie-grippale.gouv.fr/article.php3?id_article=623>  qui n’attend que votre retour sous le joug pour fondre sur vous comme la vérole sur le bas clergé breton et menacer par sa virulence les timides prémisses d’une reprise économique ô combien espérée, annoncée, claironnée et qui échappe encore et toujours à toute tentative d’observation, fût-elle avec un microscope à balayage électronique.


Car voilà, ce ne sont pas les vilains banquiers, les méchants traders ou même la simple cupidité de toute une petite humanité de profiteurs sans vergogne qui plombent la marche triomphante du libéralisme débridé vers des lendemains qui chantent avec des trémolos dans la voix, non, ce n’est pas non plus l’impuissance ou l’insolvabilité, aussi organisées l’une que l’autre, des grands États face aux conséquences prévisibles d’une dérégulation à la hache de toute la vie économique de la planète qui nous met dans la merde jusqu’au cou, non, c’est la foutue grippe.

Attention ! on ne parle pas là de la petite grippette annuelle <http://www.rue89.com/2009/07/26/h1n1-une-surmediatisation-politique-pour-bernard-debre>  qui régule chaque hiver la population des maisons de retraites et de convalescence du monde libre et bien organisé, mais bien de la grippe mondiale, le fléau de Dieu, le virus ultime avec un nom de robot de film de science-fiction, pour coller encore plus les jetons si c’était encore possible.


Qu’importe si la grippe n’est qu’un épiphénomène <http://blogue.passeportsante.net/martinwinckler/2009/08/la_grippe_definitions_et_point.html>  par rapport à bien d’autres pandémies, réelles, tenaces et bien installées <http://inventerre.canalblog.com/archives/2009/08/23/14818565.html> , qui lessivent année après année les populations jeunes et non solvables des sous-continents méprisés et surexploités, ce qui compte, c’est que nos petites sociétés en coton flippent bien grave à l’idée de se retrouver avec les naseaux dans un mouchoir jetable et un thermomètre dans les fesses, suffisamment en tout cas pour accueillir avec joie et gratitude toute initiative qui aurait pour but de les protéger de ces miasmes menaçants. (...)"


   Voir la suite sur:

   http://www.marianne2.fr/Quand-la-grippe-A-devient-une-aubaine-pour-les-patrons_a181935.html

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

 

6- UNE PANDEMIE DE PROFIT

Quels sont les intérêts économiques derrière cette grippe porcine dont on nous rabat les oreilles ?

° 1 million de personnes par an meurent dans le monde de la MALARIA, qui pourrait être prévenue avec un simple moustiquaire.
                                                 Les journaux n’en parlent pas!

° 2 millions d’enfants par an meurent dans le monde de la DIARRHÉE, alors que l’on pourrait l'éviter avec un banal sérum pour 0€25 la dose.
                                               Les journaux n’en parlent pas!

° 10 millions de personnes par an meurent de la ROUGEOLE, PNEUMONIES et INFIRMITÉS, que l’on pourrait les guérir avec de simples vaccins.
                                              Les journaux n’en parlent pas!

° Mais il y a de cela 10 ans, quand la fameuse grippe aviaire est apparue...

                             Les journaux mondiaux nous on inondés d’informations à ce sujet... :
Une épidémie, la plus dangereuse de toutes... Une PANDEMIE !
On ne nous parlait que de la terrifiante maladie des volatiles.
Et pourtant, la grippe aviaire a causé la mort de quelques 250 personnes en 10 ans... 25 morts par an.

° La grippe commune, tue un demi-million de personnes par an, dans le monde. Un demi-million contre 25 !
Un moment... Un moment s’il vous plaît !

Alors, pourquoi un tel remue-ménage - un scandale- autour de la grippe Aviaire?

Parce que derrière les poulets il y avait un "Coq", un coq à grande crête.

L’entreprise pharmaceutique internationale ROCHE avec son fameux TAMIFLU vendu à des millions de doses aux pays asiatiques.
Bien que l’efficacité du Tamiflu soit douteuse, le gouvernement britannique en a acheté pour 14 millions de doses pour protéger sa population.
Grâce à la grippe aviaire, ROCHE et RELENZA, les deux des plus grosses entreprises pharmaceutiques qui vendent les antiviraux, ont obtenues des millions de dollars de bénéfices.

Alors, en avant avec les oiseaux et maintenant avec les porcs.

Eh oui! Maintenant commence la psychose avec la grippe porcine. Et tous les médias du monde ne parlent que de çà.

Et je me demande: Si derrière les poulets il y avait un "Coq"... N’y aurait t’il pas derrières les cochons un "Gros Porc"?

L’entreprise nord-américaine Gilead Sciences détient le brevet du Tamiflu. Le principal actionnaire de cette entreprise n’est autre que le sinistre, Donald Rumsfeld, secrétaire d’état à la défense de Georges Bush, l’artisan de la guerre contre l’Iraq...
Les actionnaires des entreprises pharmaceutiques ROCHE et RELENZA doivent se frotter les mains, ils doivent être heureux avec les millions de nouvelles ventes du Tamiflu.

La véritable pandémie est celle de l’argent, les énormes bénéfices de ces mercenaires de la santé.


Je ne nie pas les précautions nécessaires qui sont entrain d’être prises par tous les Pays du globe.

Mais si la grippe porcine est une pandémie aussi terrible que l’annonce les médias. Si l’OMS se préoccupe tant de cette maladie, pourquoi ne la déclare-t-on pas cette pandémie comme un problème mondial de santé publique ?

Pourquoi ne pas autoriser la fabrication de médicaments génériques pour la combattre ?

Se passer momentanément des brevets des entreprises ROCHE et RELENZA et distribuer les médicaments génériques gratuitement à tout les pays, et plus particulièrement aux pays les plus pauvres.

Ne serait-ce pas la meilleure solution. Ou alors c'est une farce et aucune menace réelle ne pèse sur le genre humain !!!

Avez vous remarqué que malgré le très grand risque lié à la prolifération de cette maladie, aucune précaution n'est prise à l'égard des destinations à risques?

Aucuns médias ne se fait le relais de la prévention ni ne met sérieusement les gens en garde comme le voudrait le bon sens.
° Demande-t-on aux gens d'éviter de se rendre aux états-unis?  Non!
° Que fait-on concrètement pour enrayer le risque de s'engager dans une pandémie? Rien

Pourquoi?  On est inscrits dans un contexte de crise financière ayant entraîné une crise économique. Une des plus grave que l'on ai connu.

Pour détourner l'attention du peuple et sa méfiance, relancer l'économie "florissante" et ultralibérale avec les mêmes personnes qu'avant, il faut une situation de crise visant les personnes dans leur intégrité physique.

On sait tous qu'en temps de crise, les gens se jettent sur les magasins pour faire des stocks de tout et de rien.
La preuve, certains font déjà des listes de survie pour pandémie.

On a vu ça avec les différentes guerres au 20ème siècle, les gens vont naturellement acheter plus et font des réserves.

Une guerre mondiale ne pouvant être déclarée (logique) rien de tel qu'une bonne pandémie!

N.B: Faites passer se message afin que cette réalité sur cette pandémie soit dévoilée au plus grand nombre..

 

 


Par henri Moulinier - Publié dans : Defendre notre santé - Communauté : Les blogs citoyens
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Recherche

Profil

  • henri Moulinier
  • Henri MOULINIER
  • Homme
  • 18/01/1948
  • France Europe Monde Charente-maritime la rochelle
  • europe politique écologie liberté économie
  • Adjoint au maire honoraire de La Rochelle. Acteur du Front de gauche. Ancien professeur de lycée en S.E.S. Chargé de cours d'éco Université de La Rochelle. Doctorant en histoire. Président LDH La Rochelle.

Syndication

  • Flux RSS des articles
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés
Sitemap