Mardi 21 juillet 2009 2 21 /07 /Juil /2009 12:29

   Pas un journal qui ne titre sur 'l'enfer socialiste", la "mort" du PS, .... "Le PS doit disparaitre" s'écrit l Bernard Henri Lévy, qui brûle aujourd'hui ce qu'il a soutenu pendant des années.

Effet de manche ou problème réel au Parti Socialiste?

Je pense que le fort mauvais résultat des listes socialistes aux élections européennes a accru la tension intérieure. Les "grands" élus ( qui dictent leur loi dans le PS) sont aux abois.

Les élections régionales approchent à grands pas,  en mars 2010. Le PS est devenu surtout un parti de notables ( grans élus et plus "petits" qui veulent grandir + les cadres de leurs cabinets, des services des collectivités locales qu'ils dirigent. Quelle place pour les autres?

Je pense aussi que l'hallalie contre le PS n'est pas innocente. La droite et le pouvoir Sarkozien visenr la récupération de Régions. Alors tout est bon pour flinguer le PS, y compris par medias interposés.

Mais les raisons essentielles sont, à mon avis, à rechercher du cöté du PS lui-même

° Avec cette mutation sociologique et politique du PS: le parti socialiste n'est-il pas  devenu une/des écurie(s) électorales, avec la domination des élus qui visent à le rester et se constituer des chasses-gardées?

° Cette course aux postes, cette "lutte des places", se traduit par de violentes expressions d'egos, de personnalités, qui pour arriver, sont prêts à écraser, démolir, critiquer les autres. Cela ne traduit-il pas une tendance à se différencier sur la forme, la "personnalité", faute de se différencier sur les projets politiques?

° Sur le fonds, le PS ne paie-t-il pas son abandon de la lutte sociale, son indifférence vis-à-vis des intérêts populaires, face aux politiques ultralibérales de la droite.? Son projet politique de gestion de la société capitaliste n'est-il pas devenu si peu différent de celui de Sarkozy, que celui -ci fascine et attire dans ses filets nombre de personnalités socialistes, jusqu'au sein du gouvernement?

° En fait, le PS n'achève-il pas son cycle évolutif: celui de la soumission claire et sans distinction aux orientations du Parti Socialiste Européen, à cette social-démocratie qui a abandonné toute contestation de l'ordre social établi,
cette crise globale du capitalisme financiarisé et mondialisé, crise à la fois sociale, économique, écologique et politique. Il me semble être au bout de ce processus de droitisation de son projet politique?

 C'est d'ailleurs ensemble avec la droite que le PSE a contribué à l'élection d'un ultralibéral polonais comme Président du Parlement européen, avec un accord pour se partager le pouvoir et faire élire un socialiste à mi-mandat. C'est la raison pour laquelle Martine Aubry a , dès le lendemain du Congrès du PS à Reims, gagné la capitale espagnole pour signer le Manifesto du PSE qui soutient la ratification du Traité de Lisbonne.

N'est-ce pas ce que dit Bernard-Henry Levy, dans le Journal du Dimanche du 19 juillet 09, je cite: "(Mais) quand son surmoi marxiste s'est écaillé, il s'est laissé infiltrer par une idéologie réactionnaire, littéralement réactionnaire, dont il ne guérit pas". BHL est dur, très (trop?) dur!

    C'est toute une gauche traditionnelle qui est en crise: crise du "communisme" stalinisé depuis la chute du Mur de Berlin, échec de la social-démocratie européenne, qui a perdu le pouvoir dans presque tous les pays européens et les élections européennes, avec un parlement de Bruxelles qui n'a jamais été aussi à droite, voire plus encore.

Un besoin de faire du nouveau à gauche!

Face à cette crise globale et à la politique réactionnaire de Sarkozy et de l'Union européenne, il faut un sursaut pour éviter le syndrome iltaliens: le disparition de la gauche au sein du Parlement italien, un Berlusconi qui domine.

Le PS doit choisir entre une orientation droitière et des alliances avec le Modem, à commencer par les élections régionales ou une orientation clairement à gauche, portant  une réelle remise en cause de la société inégalitaire, individualiste, dominée par un mode de production et de consommation guidés par le profit et le productivisme.

Le PS est-il capable de changer profondément?

Je suis sceptique, compte-tenu des enjeux de pouvoirs locaux et régionaux, de sa composition sociale et politique. Certesn je connais nombre de militants et responsables sincèrement attachés à des valeurs et à une politique vraiment à gauche. Mais que peuvent-ils faire au sein du PS?

Ce PS peut-il continuer a jouer les auberges espagnoles, entre egos et orientations politiques différentes? Va-t-il éclater?
Dans l'immédiat, les enjeux régionaux me semblent tellement forts, que la question risque d'être un temps mise sous le boisseau.

Pour moi, il y a une autre voie: celle de l'union la plus large à gauche, pour une réelle politique de transformation sociale, économique, écologique et politique, dans le sens d'un élargissement du Front de gauche, seule nouveauté à gauche, porteuse d'une dynamique unitaire, qui peut grandir et devenir majoritaire pour ouvrir une perspective face à Sarkozy Et sa politique.

"Le PS n'aurait pas de ligne" dit Maxime Bono Maire de La Rochelle

Dans Sud-Ouest du 21 Juillet, Maxime Bono, député-maire socialiste de La Rochelle, hôte de la prochaine Université d'été du PS, s'inquiète. La crise "n'est pas surprenante" dit-il.Mais elle est "cette fois assez grave, parce que le dernier congrès n'a pas défini de ligne".

 Ah bon!!?? Les orientations social-libérales clairement affirmées lors des élections européennes, par tout le parti socialiste, ne seraient pas une "ligne" claire?

Attention à ne pas cacher ce qui pourrait ne pas être avouable: telle la stratégie électorale pratiquée aux récentes élections municipales à Aix-en-Provence, dès le 1er tour, l'alliance avec le Modem. Stratégie qui tente Ségolène Royal pour les prochaines élections régionales, elle qui a voulu imposer une Vice-Présidente  Modem au Conseil Régional du Poitou-Charentes.

Mais le débat est ouvert!!!

Par henri Moulinier - Publié dans : Ps: recentré ou à gauche? - Communauté : Unissons nous à gauche...
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Recherche

Profil

  • henri Moulinier
  • Henri MOULINIER
  • Homme
  • 18/01/1948
  • France Europe Monde Charente-maritime la rochelle
  • europe politique écologie liberté économie
  • Adjoint au maire honoraire de La Rochelle. Acteur du Front de gauche. Ancien professeur de lycée en S.E.S. Chargé de cours d'éco Université de La Rochelle. Doctorant en histoire. Président LDH La Rochelle.

Syndication

  • Flux RSS des articles
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés
Sitemap