Lundi 6 avril 2009

En préambule, il doit être rappelé qu’après de très longues négociations menées avec la Préfecture par un comité, dont des représentants Attac VDN et Strasbourg faisaient partie, la préfecture avait autorisé la manifestation (sur un trajet différent de celui que nous aurions souhaité) ainsi que la jonction des militants allemands et français sur le pont de Kehl.

Pour avoir participé à la manifestation du 4/3/09, nous dénonçons vivement à travers les points suivants la violence qui a été faite aux manifestants par les forces de l’ordre et qui montre que les autorités françaises représentées par le Préfet, n’ont pas respecté leurs engagements et ont tout fait pour que la manifestation ne puisse avoir lieu.

1)    la route, indiquée par la préfecture, pour permettre aux bus, voitures et piétons d'accéder au site de rassemblement de la manifestation a été bloquée par les forces de l'ordre, obligeant les manifestants pacifiques à, soit attendre pendant des heures, soit emprunter d'autres itinéraires, avec le risque de se retrouver à nouveau bloqués ou pris dans des affrontements ;

2)    une fois le lieu de rassemblement atteint après un véritable « parcours du combattant », des hélicoptères ont survolé à très basse altitude le rassemblement pourtant pacifique et bon enfant, empêchant les manifestants d'entendre les prises de parole des représentants de groupes politiques, d'associations internationales... et créant une atmosphère plus qu’oppressante ;

3)    des grenades lacrymogènes ont été tirées pendant les prises de parole sans la moindre justification, contraignant la manifestation à se former dans la confusion et l'urgence, permettant à des groupes violents de s'infiltrer dans le cortège

4)    ces éléments violents ont pu passer les frontières alors que le dispositif Schengen avait été levé, soi-disant pour empêcher cela et que, par contre, des manifestants n'ont pu accéder à Strasbourg le 3 avril (conférence au Liexenbuhl sur l’OTAN) et le 4 avril, à cause des dispositifs de blocage mis en place

Incompétence ou volonté de laisser faire???

5)    les forces de l'ordre ont laissé ces mêmes éléments violents, au demeurant peu nombreux, (dont le Ministère de l’Intérieur se targue pourtant de connaître les identités) détruire l'ancien poste de douane sans intervenir et ont, par contre, empêché 7000 manifestants allemands de rejoindre le rassemblement, comme convenu avec les autorités françaises et allemandes ;  comment interpréter les autres destructions que les forces de l'ordre, pourtant en surnombre dans Strasbourg, n'ont pas su (?) empêcher ? Incompétence ou volonté de laisser faire ?

6)    les forces de l'ordre, comme c'est leur mission lors d'une manifestation autorisée, n'ont pas assuré la sécurité des manifestants, mais l'ont, au contraire délibérément compromise en laissant les éléments violents agir à leur guise, en déviant la manifestation du trajet initialement prévu, l'amenant de fait dans une souricière pendant que les forces de l’ordre envoyaient sur les manifestants bloqués des grenades lacrymogènes et des flash-balls créant ainsi des mouvements de panique (qui auraient pu avoir de graves conséquences) et une dislocation prématurée de la manifestation.

Il nous apparaît, au vu de tous ces éléments, que non seulement les autorités françaises n’ont pas tenu leurs engagements ni joué leur rôle de sécurisation, mais, au contraire ont tout fait pour que cette manifestation ne puisse se dérouler, quitte à jouer avec la vie des manifestants.

Du reste, Beaucoup de manifestants ont eu très peur et ont subi un choc psychologique devant ce qui est une première : une agression par les forces de l’ordre d’une manifestation autorisée, ce qui revient à dénier le droit démocratique à manifester.

Les Dernières Nouvelles d’Asace du 5 avril, journal qu’on ne peut qualifier d’opposition, conclut de même : « Le droit de manifester a pris une sacrée claque ».

Communiqué Attac France, Attac Strasbourg et Attac Vosges du Nord
concernant la manifestation anti-OTAN du 4 avril 2009.

Document d’analyse Après comme avant Strasbourg : Non à l’OTAN !
http://www.france.attac.org/spip.php?article9797


      °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Violences à Strasbourg- Retour sur les affrontements du week-end et une interrogation. Les forces de l'ordre ont-elles abandonné le quartier Port du Rhin, dévasté samedi...

Mais que fait la police? Pendant près d’une heure et demie, samedi après-midi, le quartier Port du Rhin est devenu un no man’s land aux mains des black blocks, qui ont incendié une pharmacie, un ancien poste de douane, un hôtel Ibis et ont aussi saccagé une église. Dans le voisinage, les riverains râlent ce lundi, alors que les photographes amateurs pullulent pour immortaliser les décombres.

La police a-t-elle laissé sciemment le champ libre aux casseurs?

 La question taraude les principaux acteurs de ce samedi de vandalisme. Le sénateur-maire PS de Strasbourg, Roland Ries, souhaitait dimanche «que les responsables de la police expriment la stratégie qui a été menée» et «les raisons pour lesquelles on est arrivé à de pareilles dégradations et à de pareilles exactions».

De son côté, le Mouvement pour la Paix, tout en condamnant «très fermement les groupes de casseurs», estime que «les forces de police ont eu un comportement inacceptable». Sur France Inter, le porte-parole du NPA Olivier Besancenot affirme avoir été pris dans «une vraie souricière», accusant les autorités d'avoir «tout fait» pour que la manifestation anti-Otan «parte en schweppes».

Plus grave, un responsable syndical de la police allemande a rapporté lundi que des policiers français auraient refusé des renforts allemands lors des manifestations anti-Otan qui ont dégénéré en violences samedi à Strasbourg. «Des collègues des forces d'intervention (allemandes, positionnés sur le Pont de l'Europe, à la frontière, ndlr) nous ont dit "nous pouvions aider, mais les policiers français n'ont pas voulu"», a expliqué Reiner Wendt, responsable fédéral pour le syndicat de la police DPolG. Il n'a pas pu donner plus de détails: «Nous devons d'abord enquêter sur ce qui s'est passé».


  (...) Où était le gros des forces de l’ordre ce samedi après-midi là?

Près de 9.000 policiers et gendarmes, ainsi que 1.500 militaires et autant de pompiers, avaient été mobilisés pour ce sommet.
Deux hypothèses prévalent.
- Soit les uniformes étaient en d’autres points pour sécuriser les convois d’officiels
- Soit ils sont restés volontairement en retrait pour ne pas provoquer les manifestants après deux premiers jours houleux. L’Intérieur ne souhaite pas nous éclairer.

Mais même en intervenant, peu après 16 heures, les forces de l’ordre ont semblé perdues dans les ordres et contre-ordres. En témoigne la «prise» de la voie ferrée, qui traverse et surplombe le quartier port de Rhin. Les gendarmes mobiles, bien implantés sur la zone, ont ensuite étrangement rejoint le pied de la butte. Un casseur, puis un deuxième, sont partis en éclaireur sur ce point. Quelques minutes plus tard, près de deux cents membres des black blocks ont surgi pour arroser copieusement les CRS, replié près du poste d'aiguillage rue Coulaux. Pourquoi avoir abandonné un point stratégique? (...)

M.Gr. et P.W. (à Strasbourg)
Je reviens juste de la manifestation anti-OTAN de Strasbourg...
 Mes quelques commentaires, à chaud, sans relecture...
 J'aimerai donner quelques informations qui n'apparaissent pas dans les  médias:
 
 - A propos de l'OTAN: cette organisation guerrière qui n'a
 théoriquement plus sa raison d'être depuis la chute du mur de Berlin, continue de se chercher des ennemis
.

° Aller combattre le terrorisme de la créature de la CIA , en Afghanistan, qui servit contre les Soviétiques, tout en leur laissant se procurer des armes ultramodernes auprès des meilleurs  fournisseurs, affaires obligent.

 Résultat après 8 ans de guerre où l'occident consacre au moins 20 fois plus à l'armée qu'à des actions civiles: de 30% de l'Afghanistan détenus par les Talibans, on passe à 70% aujourd'hui, l'OTAN ne tentant plus que de contenir les Talibans hors de Kaboul... et soutient un régime qui légalise le viol conjugal  et asservi la femme Afghane.

 ° Autres ennemis, la Russie et la Chine, visées au travers du bouclier antimissile, qui n'a de défensif que le nom (US missile defence - en anglais) puisque ce dispositif qui pourra atteindre 90% des missiles ennemis, ne trouve son utilité que lorsque les USA frappent en premier
 leur adversaire. Le rêve des néoconservateurs américains toujours  influent dans l'entourage du financier Obama, asseoir la supériorité militaire absolue en étant capable de détruire la plupart des ogives nucléires russe par une frappe unilatérale, et détrire ce qui reste à l'aide de ce dispositif dit "de défense"... c'est ça l'OTAN, une arme au service de l'impérialisme américain et pour asseoir la domination sur les ressources énergétiques et économiques de la planète, tout en
 faisant les affaires des lobbies de l'armement.
 
-
La manifestation

° Première chose à dire: j'ai été pris dans une charge de CRS déclanché  sans raison apparente à 11h Route du Rhin [1]. En fait, les policiers barrent le passage aux nombreux manifestants qui afflue en direction du Pont de l'Europe. Par deux fois, il y aura charge des CRS. Avec usage de balles en caoutchouc. Au sol, une jeune fille de 18 ans, jambes ensanglantée. Un autre blessé... Un peu plus loin, le policiers laissent faire le saccage de la station service Elf. Il faut tout de même rappeler, qu'aujourd'hui, plus de 20 000 policiers, gendarmes mobiles et CRS sont à Strasbourg. "face" à
 eux, 30 000 manifestants seulement atteindront le pont de l'Europe. Mais bizarrement, aucun policiers pour surveiller cette station. Un peu plus loin: des casseurs encore... Environ 10 000 allemands sont bloqués par la police allemande sur le pont de l'Europe de l'autre
 coté...
Pourtant, ils vont laisser passer quelques centaines de manifestants en noir... et eux seuls. Coté français, les gendarmes mobiles nettoient leur pare-brise pour les faire briller et laissent
 passer une centaine de jeunes cagoulés,
certains ont des barres en métal dans les mains...

Puis ce sera le saccage et l'incendie de l'hôtel Ibis.

Durant 1H30, les policiers (qui sont à moins de 300 mètres) laissent faire.

 
Et pourtant ils voient ce qui se passe  puisqu'il y a en permanence des hélicoptères au dessus des manifestant et des casseurs. Les hélicoptères tirent de manière régulière des grenades lacrymogène... Les gardes mobiles ne bougent pas. Au bout d'une heure et demi, ils vont intervenir. L'hôtel ibis est alors en feu depuis longtemps, une église a été saccagée, ainsi que le poste frontière de la police etc... alors qu'il y a partout des centaines de cars de police, et que les policiers sont à 200 ou 300 mètres!!

 Je fais ma petite B.A., alors que des casseurs avec des masques encerclent une caméra vidéo pour la casser très méthodiquement avec du matériel (corde, contre poids etc), je vais vers l'un d'eux et... lui enlève son masque. C'est une jeune femme - tant pis pour elle - elle se cache immédiatement le visage avec ses mains et des gens la photographient.

 Et lorsque les CRS se mettent à tirer des grenades lacrymogène, ce sera sur la foule des manifestants pourtant à distance,

où il y a des personnes agèes, des asthmatiques etc... j'ai même vu un bébé dans une poussette,une dame avec une fille sur son porte bagage dans la fumée
 des gaz lacrymogènes, et les crs chargent, qu'importe qu'il y ait de  députés européens (comme Francis Wurtz) des pacifistes tout en couleur (arc en ciel) bien reconnaissable par rapport aux casseurs encagoulés...

 Autre fait bizarre que je vois alors que je tente un repli avec des centaines de mainfestants le long de la route du Rhin, les policiers ne bougent pas leur véhicule d'un pouce alors que des camions de
 pompiers peinent à se frayer un chemin entre le bord et les camionnettes de CRS...
 Pourquoi la police a-t-elle tant tardé à réagir, et pourquoi, alors qu'il y a des milliers de policiers partout tout les 50 ou 100 mètres dans l'agglomération à chaque carefour, pourquoi n'y avait-il aucun CRS devant la station service, le poste frntière, l'hôtel ibis et la chapelle? Pourquoi aussi les CRS ont-ils tiré sur le refuge de la SPA au grand dam des agents de la SPA qui gardent leur chiens?

 Plus tard, alors que tout le secteur est bouclé, les policiers refusent en plusieurs points que des manifestants sortent de la zone de violence. Un peu plus loin, des policiers acceptent à condition que
 ce groupe de manifestant dépose ses drapeaux. Pour ma part, j'ai rangé le mien dans mon sac, j'arrive devant l'intersection (à chaque fois il y a une centaine de CRS), l'un d'entre eux me prend en photo puis s'écarte et me laisse passer... sans même contrôler mon identité c  qui tent à prouver qu'il voulait m'impressionner... 

 Au final, la constat que je fais est que la police a tout fait pour  empêcher les manifestants de rejoindre le point de départ de la  manifestation (sauf des casseurs) ce qui a limité le nombre        à 30 000 dans la zone - beaucoup d'autres sont ailleurs dans la ville...

 
Ensuite, des questions, pourquoi avoir été violent durant toute la
 journée avec les manifestants , et dans le même temps avoir "laissé"
 saccager l'hotel ibis et le poste frontière par les casseurs?
Pour des
 images dans les médias du monde entier? Pour justifier l'OTAN? Pour
 justifier les privations de liberté d'un régime politique qui dérive?
 Patrice

 
[1] confirmé par les Dernières nouvelles d'Alsace: "10h55, sans
raison, a constaté un journaliste des DNA présent sur place, les
forces de l'ordre ont procédé à une nouvelle charge à l?intersection
de la rue du Havre et de la route du Rhin, où se trouvent plusieurs
 centaines de manifestants anti-Otan. Les forces de l?ordre font usage
 de gaz lacrymogène. Cette intervention créée des tensions dans les
 rangs des manifestants qui ne se livraient à aucune provocation. Une
 nouvelle fois l?ambiance change, la tension monte, les grenades
 lacrymogènes volent."
 
http://otan-strasbourg.dna.fr/?Incidents-cette-nuit-et-au-petit

http://otan-strasbourg.dna.fr/?Le-recit-de-la-manifestation-en

par henri Moulinier publié dans : Défendre nos libertés communauté : Les blogs citoyens
ajouter un commentaire commentaires (2)    recommander
Retour à l'accueil

Présentation

Recherche

Profil

Syndication

  • Flux RSS des articles
 
logiciel de création de site internet sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus
Sitemap