Sitemap
Les enseignants, mal payés par la commune, gèrent leurs quarante élèves chacun comme une garderie.
 L'école privée en face a une vraie maternelle, mais seuls  les riches y ont accès.
 Mais Brice a moins de mal, malgré tout, à comprendre les règles de l'école et ses
leçons de CP. En plus, le soir il va à des cours particuliers, car ses
 parents ne peuvent pas l'aider pour les devoirs, ils font trop d'heures
supplémentaires.

Mais Enzo a toujours plus de chance que son voisin Kévin ; il doit se lever plus tôt
 et livrer les journaux avant de venir à l'école, pour aider son grand-père qui n'a presque plus de retraite.
 Enzo est au fond de la classe. La chaise à coté de lui est vide. Son ami Saïd est parti,
 son père a été expulsé le lendemain du jour où le directeur (un gendarme en
 retraite choisi par le maire) a rentré le dossier de Saïd dans Base
élèves. Il ne reviendra jamais. Enzo n'oubliera jamais son ami pleurant dans
 le fourgon de la police, à côté de son père menotté. Il paraît qu'il n'avait
 pas de papiers...
Enzo fait très attention : chaque matin il met du papier dans son cartable, dans le sac
 de sa maman et dans celui de son frère.