Mardi 16 décembre 2008

Martine Aubry, 1ere Secrétaire du PS français, a affirmé vouloir "réorienter" la construction européenne. Soit! Cela signifierait que l'actuelle construction n'est pas dans une bonne orientation.

Et son porte-parole, Benoit Hamon, déclarait récemment: " la question institutionnelle pollue l'approche des socialistes européens quant aux changements nécessaires à apporter à la construction européenne. Il faut dépasser cette problématique et passer aux questions de la convergeance sociale et de l'harmonisation fiscale". Et de garantir que la position des socialistes européens ( le PES) "ne résume pas la position du PS" (français)

 

Mais qu'est-ce à dire?


Quand le Parti Socialiste Européen a décidé récemment à Madrid, en présence et avec l'accord de Martine Aubry, de confirmer son soutien au Traité européen de Lisbonne. Ainsi,  le PSE "recommande (t-il) vivement à la prochaine présidence tchèque de jouer un rôle positif pour faciliter la mise en oeuvre d'une solution "garantissant l'adoption et l'entrée en vigueur de ce traité" antisocial, ultralibéral, et peu démocratique. Le PS français ne pratique-t-il pas le grand écart? Je le pense fortement

 °Je vous propose de voir mon diaporama sur le contenu du Traité de Lisbonne

 

 ° Et aussi celui sur les Institutions de l'Union Européernnes

 

° Mais de lire, aussi,  ci-dessous le début du "Manifeste" adopté par le Parti Socialiste Européen, avec l'accord de Martine Aubry, à cette réunion déjà citée de Madrid en ce mois de décembre, juste après l'élection de Martine Aubry comme 1ere responsable du PS. Le paragraphe souligné en rouge mérite son pesant de ... duplicité politique!!!

Traduction approximative ( en attendant la version française promise sur le site du PSE):

          "L'entrée en vigueur du Traité de Lisbonne, matière à ratification par tous les Etats membres de l'U.E., rendrait l'Europe  meilleure pour s'attaquer aux enjeux communs de démocratie, de transparence et d'efficacité" ( traduction personnelle!)

* Alors Mme Aubry, est-ce de l'ignorance ou de la duplicité ? Ne cachez-vous pas des choses aux français sur le contenu de l'Europe que vous voulez???

* Et vous, Benoit Hamon, avez-vous troqué votre opposition résolue au Traité de Lisbonne contre une "promotion" de porte-parole du PS et l'assurance de conserver votre mandat de Député européen?


°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

PES ( Parti Socialiste Européen):


People first

A new direction for Europe


The voters of Europe face a fundamental political choice in these European elections.

At a time when people across Europe are facing unprecedented challenges - an economic recession

and rising unemployment resulting from the global financial crisis, high food and fuel costs, decreasing

purchasing power and an increasing risk of poverty, climate change, and security threats ranging from

terrorism to crime - it is a choice between political parties with very different ideas for the future of the

European Union.

It is a choice between our vision of a progressive Europe in which citizens, member states and

institutions work together to address the issues of greatest concern to the people of Europe; or a

conservative Europe in which the future of our countries and people is left in the hands of the market.

The Party of European Socialists is committed to creating a fairer, safer society, tackling the

challenges we all face by putting people first.

In today's increasingly inter-linked world, no one country can solve global problems by acting alone.

The financial crisis and subsequent economic recession are demonstrating starkly that events in one

part of the world can have a devastating impact on our own doorstep. Concerted European action is

vital to deal with the financial crisis. Reactionary opponents of the European Union would have left our

countries weaker, fighting a global crisis without partners or institutions to develop a coordinated

response.


For us, the European Union is the vital link in the era of globalisation. It puts our countries in a

stronger position to solve global problems that have an impact locally. We need more active

cooperation in Europe to tackle our common challenges and improve people's lives. The entry into

force of the Lisbon Treaty, subject to ratification by all EU member states, would make Europe better

able to tackle common challenges democratically, transparently and effectively.


It is now 30 years since the first direct elections to the European Parliament, which has a key role to

play in realising our vision of a European Union which puts people first. The Party of European

Socialists is your voice, promoting your interests and championing your causes. We are committed to:

1. Relaunching the economy and preventing new financial crises

2. New social Europe - giving people a fairer deal

3. Transforming Europe into the leading global force against climate change

4. Championing gender equality in Europe

5. Developing an effective European migration policy

6. Enhancing Europe's role as a partner for peace, security and development  (...)

 


 






par henri Moulinier publié dans : Elections européennes de 2009 communauté : Unissons nous à gauche...
ajouter un commentaire commentaires (0)    recommander
Mardi 16 décembre 2008

Réforme des lycées : première victoire de la mobilisation

15 décembre 2008

Le ministre vient d'annoncer par communiqué de presse qu'il renonçait à mettre en oeuvre à la rentrée 2009 la nouvelle classe de seconde et qu'il ouvrait des discussions « sans tabou » sur l'ensemble de la réforme avec l'ensemble des acteurs du lycée.  


Le SNES se félicite de cette décision qui est le résultat de la large mobilisation de la profession, des parents et des lycéens.

Il continuera à porter les revendications de la profession pour une réforme ambitieuse du lycée qui soit à la hauteur des enjeux et en prenne en compte tous les aspects.

Il rappelle que toute réforme exige l'ouverture d'un véritable débat, public et transparent, et la tenue de réelles négociations avec les acteurs du système éducatif.

Le ministre a su finalement entendre la voix des usagers et des personnels sur la réforme des lycées. Il faut maintenant qu'il l'entende pour l'ensemble des revendications dans l'éducation nationale et en particulier qu'il revienne sur le budget 2009 et les 13.500 suppressions d'emplois pour la prochaine rentrée.

Le SNES appelle donc les personnels à poursuivre et à approfondir le dialogue avec les parents d'élèves et les lycéens et à rester mobilisés pour une autre politique éducative.

 

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

 
Xavier Darcos n'a pas  dévoilé sa réforme de la classe de seconde mardi:

" Darcos recule, c'est une avancée" dit l' Union Nationale des Lycéens


Au terme de trois jours de réflexions et discussions communes avec le chef du gouvernement, le ministre de l'Education, en voyage depuis samedi en Israël et en Palestine, a annoncé ce matin qu'il préférait reporter sa réforme des lycées de quelques mois.

Une décision accueillie favorablement par les associations lycéennes, qui restent toutefois mobilisées.

 «La décision n'était pas facile à prendre, a confié Xavier Darcos à notre envoyée spéciale en Cisjordanie. Mais depuis vendredi, nous avons le sentiment qu'il y avait un point de fixation dans les mouvements sociaux autour de la réforme du lycée. Le principe avait fait consensus. Aujourd'hui, il est menacé à cause de rumeurs les plus insensées sur son contenu. Dans un contexte économique et social anxiogène, j'ai préféré proposer ce report. Je l'assume. Même si je ne pense pas que le contenu de la réforme soit l'enjeu réel. Je ne veux pas exposer le gouvernement et le président de la République à un mouvement irrationnel majeur."

Depuis dix jours, les lycéens ont manifesté à de plusieurs reprises, essentiellement en province. Une mobilisation rapide et radicale qui a donné lieu à plusieurs incidents. Les organisations lycéennes UNL et Fidl, entrées dans le mouvement mercredi dernier, appelleraient à  de nouvelles manifestations cette semaine.

Prévue pour la rentrée 2009, la réforme de la seconde est reportée à une date non précisée, pour permettre de «prolonger les discussions», a annoncé le ministère de l'Education, ajoutant: «Xavier Darcos a décidé de laisser plus de temps pour la mise en oeuvre de la réforme». 

Les mouvements lycéens restent mobilisés

Satisfaits, les mouvements lycéens n'entendent pas pour autant interrompre pas leur mobilisation. «C'est une avancée», a réagi Lucie Bousser, présidente de l'UNL (première organisation lycéenne) tout en annonçant la poursuite des mobilisations lycéennes ainsi que le maintien de la journée de manifestations jeudi.

Ecoutez l'interview d'Antoine Evennou, secrétaire général de l'UNL

    en cliquant ici.

«C'est un succès, un résultat des mobilisations», a déclaré le numéro un de la FSU, Gérard Aschieri. «Cela fait partie des gestes que le ministre avait besoin de faire pour renouer le dialogue», a-t-il ajouté, en demandant des gestes pour l'école primaire.

L'UNL comme la FSU ont affirmé être favorables à une réforme du lycée, mais dans le dialogue et pas celle prévue à ce stade.



Depuis deux semaines, des mobilisations lycéennes spontanées et non encadrées, particulièrement fortes dans l'Ouest, inquiétaient proviseurs et pouvoirs publics. Les chefs d'établissements des Bouches-du-Rhône avaient notamment fait part de «l'inquiétude et l'exaspération des personnels de direction» face à des mouvements caractérisés par «une agressivité inconnue à ce jour et une quasi-impossibilité de dialogue avec les lycéens».

Grand chantier de M. Darcos, la réforme du lycée prévoyait une nouvelle seconde à la rentrée 2009, une nouvelle première en 2010 et une nouvelle terminale en 2011. Pour la seconde, il avait déjà annoncé une année divisée en deux semestres et un accompagnement personnalisé.

 

     °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
A propos des Sciences Economiques et Sociales (SES): un recul de X Darcos?
   
Xavier Darcos a annoncé un enseignement  de S.E.S. dans toutes les Secondes
Mais a  aucun moment, il n'est écrit dans le Journal Officiel que les SES seront dans le tronc commun !!
Il est simplement dit que les SES sont prévues en enseignement modulaire. Voici la citation exacte, extraite du J.O.:
 
"Ainsi est-il prévu d'intégrer les sciences économiques et sociales, dès la classe de seconde, au sein d'un groupe de disciplines dénommées « sciences de la société » dont l'enseignement sera modulaire. Les élèves qui le souhaitent pourront ainsi suivre un enseignement de SES de 3 heures par semaine, pendant un ou deux semestres (l'horaire actuel étant de 2 h 30 min, en enseignement optionnel"



par henri Moulinier publié dans : Enseignement communauté : Les blogs citoyens
ajouter un commentaire commentaires (0)    recommander

Présentation

Recherche

Profil

Syndication

  • Flux RSS des articles
 
Blog : Sport sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Signaler un abus
Sitemap